Camille Gagnon voit son métier comme la réalisation d’une œuvre d’art dans un produit culturel accessible à tous.

Camille Gagnon: la créativité au service de la réflexion

Depuis l’âge de 12 ans, Camille Gagnon rêvait d’une carrière dans le monde de la publicité. «Je faisais de la pub dans ma tête. Je créais des petites vidéos. C’est ce qui m’a mené à des études en communications au Cégep Limoilou et au baccalauréat en communication publique à l’Université Laval», se souvient la jeune femme de 25 ans.

Ce n’est donc pas un hasard si elle a été reconnue comme un élément marquant de la relève au Déjeuner des médias de Québec puisque son premier projet de vidéo sur les réseaux sociaux a été célébré à Cannes. On dit même «est tombée dans la marmite de la créativité dès sa naissance».

C’est probablement ce que son mentor, Luc Du Sault, vice-président et directeur de la création chez LG2, avait perçu lorsqu’il lui a offert un stage.

Elle savait qu’elle était finaliste au Déjeuner des médias, mais Camille Gagnon ne s’attendait à gagner. «C’est un gros encouragement. Ça fait vraiment plaisir d’être reconnue par les gens du milieu», avance-t-elle, d’autant plus que cela affirme sa crédibilité et une certaine notoriété dans le monde de la publicité.

Cinéma ou pub?

Il y a quelques années à peine, Camille Gagnon songeait à passer du côté du cinéma. «Je pensais que c’était ce que je voulais faire dans la vie. Mais la création d’un film, c’est long. J’adore le cinéma, pourtant ce que je veux faire ce sont des formats courts. Je veux raconter des histoires en 15 secondes, en 30 secondes ou en une minute. Il faut être créatif pour capter l’attention en si peu de temps. Je préfère créer 500 000 petits films plutôt que trois courts métrages», affirme-t-elle.

Le monde de la création publicitaire, notamment à la télé, les contraintes de production obligent à traiter de nombreux éléments pour créer un contexte qui fera passer le message. «Les tournages sont parfois longs et complexes. Mais c’est tellement le fun à réaliser. Ça change chaque semaine, il n’y a rien de routinier.»

Pour la jeune femme, son métier est un mélange de créativité pure et dure devant la feuille blanche pour trouver une multitude d’idées et le côté technique avec les plateaux de tournage, le choix des comédiens, le travail en studio. «Ça crée un bel équilibre entre le travail de bureau et sortir pour rencontrer des comédiens, superviser le tournage, voir le tout derrière les caméras» poursuit celle qui aime bien ce mélange de fonctions.

L’équilibre

Autant elle peut travailler sur des projets ayant une touche humoristique, autant elle développe le côté sérieux et rigoureux comme le travail qu’elle a fait dans l’équipe qui produit les publicités de la Société de l’assurance automobile du Québec au sujet des textos au volant. «Toute la planète fait de la publicité sur la sécurité routière ou l’alcool au volant. Ce sont des sujets récurrents où il faut trouver de nouvelles idées originales pour faire passer le message», précise Camille Gagnon.

Dans l’univers actuel où la publicité se fait sur toutes les plateformes numériques et traditionnelles, la jeune créatrice a choisi de travailler chez LG2 parce que l’entreprise a à cœur d’éviter «la pollution visuelle et publicitaire. Nos concepts sont appréciés des Québécois. Ils sont remarqués et ils sont souvent primés», dit-elle devant un mur rempli de trophées et de mentions d’honneurs obtenus au pays et à l’international.

Les trophées ne sont pas une fin en soi, dit-elle, mais ils montrent le niveau créatif de l’entreprise qui cherche à divertir, à faire comprendre, à sensibiliser à des enjeux, à faire rire comme à faire réfléchir.

Hors du bureau, Camille Gagnon exprime son côté créatif dans les arts; que ce soit la poterie, la peinture et même dans l’écriture. Son travail lui donne la possibilité de relever un défi artistique important autant dans les images que dans l’expression des émotions. Pour elle, la publicité, c’est un art en soi!