La conductrice impliquée dans l’accident de jeudi après-midi roulait en direction est lorsqu'elle a perdu le contrôle de son véhicule au coin de la rue Hermine. Elle a traversé un terre-plein pour ensuite percuter l'immeuble.

Le Kaméléon percuté de nouveau par un véhicule [VIDÉO]

Pour une deuxième fois en deux mois, un véhicule a foncé dans l’immeuble qui abrite l’espace de co-travail La Station, sur le boulevard Charest, jeudi après-midi, à Québec. Il n’y a eu aucun blessé.

Vers 12h25, un véhicule utilitaire sport a percuté une vitrine au rez-de-chaussée de l’immeuble, qui abrite aussi les condos Le Kaméléon. Personne ne se trouvait dans le local commercial au moment de l’accident. La vitrine a éclaté sous l’impact. 

«On parle d’une conductrice qui se serait endormie au volant», indique David Poitras, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). 

Un accident du même genre s’était produit presque au même endroit il y a environ deux mois. Le 22 mai, une voiture avait fait irruption dans la cafétéria de La Station. La collision avait fait 12 blessés et laissé des dizaines de témoins en état de choc. La majorité des blessures avaient été causées par les éclats de verre des fenêtres brisées et par l’inhalation de fumée.

La conductrice impliquée dans l’accident de jeudi après-midi roulait en direction est lorsqu’elle a perdu le contrôle de son véhicule au coin de la rue Hermine, qui à cet endroit est perpendiculaire au boulevard Charest. Elle a traversé le terre-plein pour ensuite percuter l’immeuble.

Le 22 mai, le conducteur qui a foncé dans l’édifice circulait à grande vitesse en direction est sur le boulevard Charest. Il serait entré en collision avec un autre véhicule quelques centaines de mètres avant sa perte de contrôle au coin du boulevard Langelier.

Croisé près de la vitrine fracassée, jeudi après-midi, un des gestionnaires de l’immeuble était secoué par la proximité entre les deux accidents. 

Repenser la route?

«Ça fait deux fois en peu de temps. Il y aurait peut-être lieu de repenser la configuration de la route. Avant, c’était un terrain vague, ici. Maintenant, il y a beaucoup de piétons qui circulent», souligne-t-il. 

Mais pour l’instant, le gestionnaire a surtout des interrogations. «Est-ce que c’est des cas isolés? Est-ce qu’il y a un lien? Est-ce que c’est la route qui est mal configurée? Est-ce que c’est un espace qui est plus dangereux? On ne le sait pas. Ça vaudrait la peine de s’y pencher». 

Le local où a eu lieu l’impact était en reconstruction à la suite du premier accident. «C’est mieux que ça se passe maintenant que dans six mois après que ce soit rénové», dit le gestionnaire. 

Une propriétaire de condo, dont le balcon se situe presque juste au-dessus du site de l’accident, croit que la Ville de Québec devrait installer des murets de ciment sur Charest avant qu’un autre accident se produise. «Il faut qu’ils mettent quelque chose, parce que ça n’a pas de bon sens», dit-elle. 

Lors de l’accident du 22 mai, qui s’est produit le midi, les travailleurs de La Station avaient exceptionnellement quitté la cafétéria pour un cours de ukulélé dans une salle de réunion adjacente. N’eût été ce hasard, la collision aurait pu causer des blessures beaucoup plus graves. 

+

+

La Ville analyse

Depuis le premier accident, la Ville de Québec analyse des «mesures de mitigation» pour améliorer la sécurité au coin du boulevard Langelier, indique David O’Brien, porte-parole de la Ville. Deux possibilités sont envisagées : l’installation de bollards (petits poteaux) en béton sur le trottoir qui longe l’immeuble et l’aménagement d’une glissière de sécurité dans le terre-plein du boulevard Charest. 

«Évidemment, notre objectif, c’est que cette analyse-là se termine le plus rapidement possible afin qu’on puisse procéder aux travaux selon la solution qui sera retenue», dit M. O’Brien. 

Le porte-parole de la Ville note que, malgré les deux accidents, l’intersection du boulevard Charest et du boulevard Langelier n’est pas reconnue comme un site accidentogène. Ce n’était pas le cas non plus lorsqu’il y avait un terrain vague à la place de l’immeuble. 

«Ça n’a jamais été un secteur où la courbe et l’effet de vitesse créaient des accidents à répétition. Est-ce le fruit du hasard? C’est possible que ce soit deux cas isolés. Malgré cela, on fait tout de même une analyse présentement afin d’apporter des améliorations», ajoute David O’Brien. Marc Allard

À LIRE AUSSI : La Station atteint son objectif de financement

À LIRE AUSSI : Un véhicule défonce un immeuble à Québec; plusieurs blessés [PHOTOS]