Le Hells Angels Bernard Plourde
Le Hells Angels Bernard Plourde

Le Hells Angels Bernard Plourde plaide coupable

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
Le Hells Angels Bernard Plourde était celui qui contrôlait la vente de drogue au Saguenay-Lac-St-Jean durant un peu plus de deux ans. Il l’a reconnu lundi matin au palais de justice de Québec.

Deux semaines après son «frère» motard Jean-François Bergeron, Plourde, 57 ans, a lui aussi choisi de plaider coupable aux accusations de complot, trafic de cocaïne et gangstérisme portées contre lui, renonçant ainsi au long procès devant jury qui devait commencer en janvier.

Le Hells Angels membre du chapitre de Trois-Rivières, mais vivant à Laterrière, a été arrêté en août 2018 au terme de l’opération Nocif de l’ERM-Saguenay. Une vingtaine de personnes ont été accusées après la frappe.

Dans le succinct résumé des faits préparé par les procureurs de la Couronne Me Jean-Simon Larouche et Me Simon-Pierre Lavoie avec l’avocate de la défense Me Cristina Nedelcu, on apprend que Plourde avait comme bras droit le trafiquant Pierre Beauchesne, qui s’occupait de l’approvisionnement et de la distribution de la cocaïne sur le territoire.

Beauchesne faisait venir la drogue au kilo ou au demi-kilo en provenance de Montréal et la redistribuait ensuite à différents vendeurs du Saguenay-Lac-St-Jean.

En contrepartie, il remettait à Plourde une «quote» sur chaque kilo de cocaïne vendu ou un «loyer», soit une somme fixe pour une période déterminée lui donnant l’autorisation de vendre sur le territoire.

L’écoute électronique et la filature ont permis aux policiers de voir qu’à plusieurs reprises, entre le 1eraoût 2015 et le 29 novembre 2017, Plourde a rencontré et parlé avec Beauchesne et d’autres vendeurs à plusieurs reprises pour planifier l’organisation de la vente de drogue. 

Lors d’une perquisition menée au domicile de Plourde le 17 mars 2017, le motard avait dans ses poches une somme de 2250$ que Beauchesne lui avait remise pour la vente de drogue sur son territoire.

Les représentations sur la peine de Bernard Plourde auront lieu le 14 octobre.

Deux autres co-accusés arrêtés lors du projet Nocif, Marc Gagnon et Simon Frenette, sont toujours en train de débattre les requêtes préalables au procès.

Si le procès se tient comme prévu, la Couronne s’est engagée à ne pas faire témoigner la tête de réseau Bernard Plourde.