La rentrée parlementaire de mardi prochain stresse quelque peu la députée caquiste dans Jean-Talon récemment élue, Joëlle Boutin.

Le gros stress de Joëlle Boutin

Joëlle Boutin participe à son premier caucus de la Coalition avenir Québec (CAQ) à titre de députée, jeudi et vendredi, à Saint-Sauveur. Ce qui est loin de la rendre nerveuse. La rentrée parlementaire de mardi prochain, par contre, ça la stresse!

«Je suis supposée faire un petit discours. Une présentation devant 200, 300 personnes, une mêlée de presse ou une entrevue, c’est correct. Mais là, c’est dans un lieu extraordinaire! Un lieu de pouvoir où des gens ont pris des décisions pour tous les Québécois. Peu importe le parti, j’admire les parlementaires. Et il y a de grands parlementaires qui vont être là!» affirme celle qui a été élue haut la main lors d’une partielle dans Jean-Talon, soit le secteur Sainte-Foy–Sillery, le 2 décembre.

«C’est impressionnant! Genre Pascal Bérubé [du Parti québécois], je le trouve quand même très bon. Même si on ne partage pas toujours les mêmes idées et qu’il n’est pas tout le temps le plus gentil [dans la joute politique], on se salue et on s’aime bien pareil. Et là, il va regarder. Le premier ministre aussi!

«Juste Éric Caire, mon ancien boss, c’est un grand parlementaire.» Elle était sa directrice de cabinet avant d’être élue. «Je vais être jugée par mes pairs et ça, ça me stresse beaucoup», poursuit la députée, qui a reçu Le Soleil dans son nouveau bureau du parlement, mardi après-midi.


« Peu importe le parti, j’admire les parlementaires. Et il y a de grands parlementaires qui vont être là! »
La députée caquiste dans Jean-Talon, Joëlle Boutin

Les quatre partis représentés à l’Assemblée nationale se réunissent en caucus présessionnel cette semaine, en vue du retour au Salon bleu, le 4 février. Le Parti libéral et Québec solidaire le font au parlement, tandis que le Parti québécois sera à Sherbrooke.

Les 76 députés de la CAQ ont quant à eux rendez-vous à Saint-Sauveur, la chic ville des Laurentides et non le quartier de Québec où habite Mme Boutin.

Mercredi soir, elle ratera la partie de quilles des députés. Mais c’est pour une très bonne cause. Elle assistera plutôt aux commémorations de la tuerie de la Grande Mosquée de Québec, qui loge sur son territoire.

Le premier ministre François Legault sera aussi à ce souper hommage tenu à l’église Saint-Mathieu, tout comme le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale par intérim, Jonatan Julien, qui remplace la vice-première ministre Geneviève Guilbault, en congé de maternité.

Déjà en mode électoral

Les neuf élus caquistes de la Capitale-Nationale se réuniront justement à Saint-Sauveur, vendredi.

L’hyperactive députée de Jean-Talon a préparé sa «liste d’épicerie», surtout à l’aube des consultations prébudgétaires. Elle qui se considère déjà «en mode électoral», à peine deux ans et demi avant les prochaines élections générales.

Elle sait avoir profité d’un élan populaire pour la CAQ doublé d’une mobilisation sans précédent des autres élus et membres du parti. Ce à quoi elle n’aura plus droit lors du prochain suffrage, alors que chacun se battra pour sa survie politique.

«Et il y a la course à la direction du Parti libéral. S’il y a une envie de revenez-y dans mon comté...» laisse-t-elle tomber, à propos de la circonscription qui avait toujours voté rouge depuis sa création, c’est-à-dire lors des 18 élections provinciales précédentes.

Elle cherche l’action concrète, au plus vite. C’est sa nature. Elle appuie la Société de développement commercial de l’avenue Maguire dans son projet d’art numérique à l’église Saint-Michel. Elle prévoit organiser une soirée de speed dating entre les entreprises privées et les organismes communautaires pour créer des occasions de commandites.

Le bureau déménage

Sans compter que le bureau de circonscription déménage, du boulevard Laurier à la route de l’Église, pour devenir plus accessible.

La verra-t-on obtenir des responsabilités parlementaires? L’ancienne femme d’affaires diplômée de Concordia en administration et politiques publiques internationales a manifesté son intérêt pour les commissions des finances publiques et de l’administration publique.

Ancienne pilote d’avion et encore planchiste des neiges à ses heures, elle se promet à travers tout cela d’appendre le jiu-jitsu pour se défendre. Elle a quand même eu besoin d’une dose massive d’antibiotiques pour combattre une infection bactérienne durant les Fêtes, même journée où elle a joué le rôle de lieutenante-gouverneure au Parlement étudiant!