Le ministre Coiteux croit pour sa part qu’il ne faut pas faire de liens entre le 33e Congrès des membres du Parti libéral et les manifestations.

Le gouvernement réagit aux manifestations de samedi

Le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux juge que les policier sont intervenus «en temps opportun» samedi, faisant preuve d’une «répression adéquate, mesurée» contre les manifestants qui ont envahi la colline parlementaire.

M. Coiteux a trouvé les agents du Service de police de Québec et de la Sûreté du Québec «très efficaces» et «bien déployés sur le territoire». Il a fait ces commentaires juste après que ceux-ci aient arrêté une vingtaine de manifestants, en milieu d’après-midi. 

«Les gens qui commettent des gestes illégaux doivent répondre de leurs gestes tout simplement. Peu importe de quel côté du spectre politique ils vont se situer», a-t-il ajouté. 

Le Centre des congrès de Québec, où étaient réunis les militants du Parti libéral samedi, a été sous haute sécurité toute la journée. Il n’était pas possible d’y entrer sur l’heure du lunch, au plus fort des manifestations. 

Le premier ministre Philippe Couillard n’a pas semblé ébranlé par la présence des groupes d’extrême-droite et d’extrême-gauche dans les rues de la ville. «Je ne leur donnerai pas plus d’attention qu’ils ne le méritent», a-t-il rapidement commenté dans les couloirs du Centre des congrès. 

M. Coiteux croit pour sa part qu’il ne faut pas faire de liens entre le 33e Congrès des membres du Parti libéral et les manifestations. «C’est un événement (le congrès) qui, en soi, n’a rien à voir avec ce qu’on voit à l’extérieur à l’heure actuelle.»

Il ajoute que son gouvernement n’a pas non plus à se sentir visé par les messages véhiculés. «Je pense qu’ils envoient leurs messages à eux. C’est pas un message au gouvernement.»