Actualités

C’est la fin pour le Réseau national des pôles régionaux d’innovation

Shawinigan — Le verdict est tombé en fin d’après-midi jeudi: le Réseau national des pôles régionaux d’innovation (RNPRI), dont la direction était établie à Shawinigan, n’a pas résisté à l’analyse de la ministre déléguée au Développement économique régional, Marie-Ève Proulx. Par voie de communiqué, elle a annoncé la fin des activités de cette entité créée l’an dernier sous le règne libéral.

Du coup, quatre personnes perdent leur emploi, sans compter Philippe Nadeau, qui combinait la direction générale de ce réseau avec celle du DigiHub.

Affaires

Rio Tinto veut reconquérir les marchés avant d'investir

La fin des tarifs sur les exportations d’aluminium aux États-Unis place les usines du Saguenay–Lac-Saint-Jean en très bonne position à moyen et à long terme. Rio Tinto entend réaliser les investissements prévus dans la production de métal primaire et les équipements de valeur ajoutée, notamment le centre de billettes, lorsque les conditions de marché le permettront.

Le grand patron de Rio Tinto pour la division Atlantique, Gervais Jacques, a accueilli avec beaucoup d’enthousiasme la nouvelle sur la fin des tarifs. Il a salué le travail des deux paliers de gouvernement, des syndicats et de l’Association de l’aluminium du Canada.

Actualités

Boissons alcoolisées sucrées: le père d’Athéna Gervais ne lâchera pas le morceau

Pour le père d’Athéna Gervais, Alain, la disparition des boissons sucrées à forte teneur en alcool dans les dépanneurs et épiceries du Canada est un pas en avant. Un meilleur travail de sensibilisation doit toutefois être effectué pour éloigner les jeunes de cette industrie, estime-t-il.

« On n’a pas atteint complètement ce qu’on voulait, mais on a fait un pas de géant dans la bonne direction », a partagé Alain Gervais, au cours d’un entretien téléphonique.

À lire aussi: Les boissons alcoolisées sucrées retirées des tablettes

Affaires

Levée des tarifs: une victoire d’équipe, dit Freeland

Pendant les moments difficiles des tractations avec le gouvernement américain sur les tarifs de l’aluminium et de l’acier décrétés par le président Donald Trump, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, pensait au jour où elle pourrait rencontrer les travailleurs de ces industries pour leur annoncer la levée de ce qu’elle considère toujours comme une décision injuste.

De passage aux installations de Rio Tinto à Jonquière, jeudi, la ministre a affirmé vivre enfin «ces moments dont elle rêvait» alors qu’elle a eu l’occasion de rencontrer des travailleurs, des représentants syndicaux et des dirigeants des usines de la multinationale au Saguenay. Elle a assuré avoir toujours été consciente de l’inquiétude des milliers de familles de la région découlant de l’imposition des tarifs.