Actualités

Le frère de Mélissa Lambert commente les nouveaux développements de l’enquête

Trois-Rivières — La famille de Mélissa Lambert se réjouit que la Sûreté du Québec ne baisse pas les bras pour résoudre le mystère qui entoure son assassinat survenu il y a dix ans. Mais en même temps, ce triste anniversaire et les derniers développements concernant l’enquête leur rappellent cette douloureuse absence avec laquelle ils doivent vivre au quotidien.

«Ma mère, moi et les autres membres de la famille recherchons une espèce de paix intérieure pour passer à travers cette épreuve qui fait revivre tous ces souvenirs de ce tragique événement. Nous allons tenter de mettre l’accent sur les beaux souvenirs qu’on a vécus avec Mélissa au lieu de se replonger dans la tragédie dont elle a été victime. Nous laissons cet aspect aux enquêteurs, en qui on a une entière confiance», a déclaré Dave Lambert, frère de Mélissa, par voie de communiqué.

À lire aussi: Guy Dupont a connu le même destin funeste que Mélissa Lambert

Arts et spectacles

Slàv : réussi malgré quelques faux pas

CRITIQUE / Certains trouveront assurément encore à redire, et Robert Lepage a bien prévenu que cette nouvelle version post-polémique de Slàv ne satisferait sans doute pas tout le monde. Mais les efforts palpables pour poncer les irritants du précédent spectacle, doublés du génie de l’homme de théâtre pour la mise en scène et de la beauté des anciens chants d’esclaves mis en musique par Betty Bonifassi, ont fait de ce Slàv « 2.0 » un spectacle réussi et un net pas vers l’avant.

Réussi, donc. Émouvant, certes. Renversant? N’allons pas jusque-là, nous sommes encore loin du spectaculaire de 887 ou des Aiguilles et l’opium. Mais Slàv est une production à part, une presque comédie musicale, qui met la musique en piédestal, le théâtre se mettant à son service. Le résultat est moins époustouflant, mais l’arrimage entre les deux a été fait avec grand soin. Et doublement après les événements que l’on sait.

Clarifions tout de suite les questions brûlantes. Est-ce que des Blanches jouent des esclaves dans le champ de coton? Non, elles incarnent plutôt les servantes, celles qui transvident le fruit de la cueillette. Aucune non plus dans la scène portant sur l’incarcération massive des afro-descendants.

Est-ce que des Blanches jouent des Noires? Oui, lorsque sont évoqués les chantiers du chemin de fer et les esclaves en fuite à bord des trains, mais comme la distribution se compose de trois comédiennes blanches et de trois comédiennes afro-descendantes, elles ne deviennent jamais majoritaires. 

Il faut quand même avaler que Betty Bonifassi, celle qui a adapté les anciens chants d’esclaves recueillis dans les années 1930 par Alan Lomax, soit le plus souvent la meneuse des chants (quoique en fermant les yeux, on pourrait croire que cette voix vient du plus profond du sud états-unien). En revanche, elle n’incarne plus la militante noire Harriet Tubman, mais revêt plutôt l’habit d’une Grizzly Bear (« gardien de prison ») ou d’une Quaker aidant les esclaves à fuir.

Quant aux autres formes d’esclavages, de celui exercé dans les Balkans au Moyen Âge aux esclavages modernes comme l’exploitation économique (un autre aspect qui avait été critiqué), elles sont effleurées au début et à la fin. C’est clairement l’esclavage des Noirs d’Amérique qui tient le haut du pavé, et la quasi-totalité des chansons servent à l’évoquer.

Il reste à voir si l’affirmation de l’historien Jean-Pierre Le Glaunec, selon laquelle l’esclavage des enfants irlandais dans les anciennes colonies est une invention des suprémacistes blancs (un épisode qui est toujours évoqué dans le spectacle), aura des échos…

ARRESTATION ARBITRAIRE

La trame narrative a aussi été complètement renversée. On n’est plus en présence d’une jeune Noire en quête de l’histoire de ses ancêtres, guidée en cela par des Blanches, mais bien d’une Blanche (Estelle) qui part à la recherche d’une de ses ancêtres afro-américaines. Elle a en effet découvert, grâce à son amie haïtienne Kattia, qu’une de ses aïeules, Lavinia Flowers, était une esclave ayant fui au Canada. Sans besoin de plus de motivation, les deux femmes partiront à la recherche de ces racines, Kattia étant notamment victime d’une arrestation arbitraire en Louisiane.

La nervosité ayant probablement joué un fort rôle pour cette « deuxième première », les interprétations, tant sur le plan du jeu que de la musique, n’étaient pas toujours sur la coche. Par contre, on retrouvait le don de Robert Lepage pour imaginer d’étonnants procédés techniques au service de son histoire, de la palissade devenant voie ferrée puis barreaux de cellules. L’utilisation d’un énorme écran en fond de scène s’est aussi avérée très utile pour créer des décors souvent nocturnes et très nostalgiques, mais aussi projeter des images d’archives… ou filmées en temps réel.

C’est le cas d’un des tableaux les plus poignants, celui de la chanson Prettiest Train, où Betty Bonifassi, en coulisses côté cour et invisible de la salle, se trouve au bout de la voix verrée, pendant qu’un lorry vient du côté jardin, muni d’une caméra permettant de filmer l’interprète ainsi que les actrices qui miment l’acte de monter à bord d’un train en marche puis d’en sauter, le tout projeté en fond de scène. Tout simplement magnifique!

Mais ce sont les chansons qui font le gros du travail, chacune d’entre elles se révélant tellement évocatrice (les textes sont projetés sur l’écran), plombée de la lourdeur du labeur, des peurs omniprésentes et des inextinguibles espoirs.

L’avant-dernière scène, celle où les six femmes chantent en créole et font ensemble une danse d’origine africaine, sert à nous rappeler qu’en dehors du racisme systémique, de l’appropriation culturelle et la sous-représentation des minorités, il y a des centaines de Noirs et de Blancs qui ont atteint une forme d’égalité dans leur quotidien et ne voient plus la couleur de leur peau lorsqu’ils sont ensemble.

Cela ne nie pas le reste. C’est plutôt un encouragement à poursuivre la quête d’égalité, pour que ce qui existe déjà en micro se transpose un jour en macro. Et ça, personne ne pourrait vraiment être contre.

Sports

Les meilleurs au pays !

À leur toute dernière compétition dans les rangs junior, Mathieu Ostiguy et sa partenaire Chloe Choinard ont été sacrés numéros un au pays. Rien de moins.

Ostiguy, de Sainte-Angèle-de-Monnoir, et l’Ontarienne Choinard ont remporté l’or en couple mercredi après-midi à l’occasion des championnats canadiens de patinage artistique, tenus à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Ils ont offert une performance absolument impressionnante pour éclipser toute compétition.

Actualités

Guy Dupont a connu le même destin funeste que Mélissa Lambert

Trois-Rivières — Dix ans après le meurtre de Mélissa Lambert, le destin de celui qui était considéré comme un témoin important dans cette affaire est maintenant connu. Les ossements de Guy Dupont, qui s’était volatilisé à la suite de l’assassinat de la femme de 31 ans, ont été découverts le 7 juillet 2015 à Saint-Cuthbert. Et comme sa conjointe, il aurait été tué par arme à feu.

En effet, selon le rapport de la coroner, Amélie Coutu, «le décès de la victime est probablement attribuable à un traumatisme crânio-cérébral par arme à feu». La date du décès n’a pu être déterminée. Il a été identifié par expertise dentaire. Quant à Mélissa Lambert, elle avait été atteinte par deux projectiles d’arme à feu à la tête dans la nuit du 6 janvier 2009 alors qu’elle se trouvait dans le condo de Guy Dupont, sur la rue Perreault, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Ce sont des voisins alertés par les aboiements d’un chien qui avaient fait la triste découverte. Guy Dupont, qui avait alors 39 ans, était introuvable. Le même jour, en après-midi, son véhicule avait été trouvé derrière les Galeries du Cap. Depuis, plus rien.