Louise Perron espère pouvoir rester encore plusieurs années dans sa résidence de la rue Saint-François-Xavier.

Zones inondables: l'espoir d'éviter un déménagement

Louise Perron a quelque peu joué de chance en 2017. Sa maison du quartier Pointe-Gatineau a été envahie par l’eau, mais elle a pu s’entendre avec ses assureurs, plutôt qu’attendre plusieurs mois et remplir de nombreux formulaires pour obtenir une indemnisation gouvernementale.

« C’est quand même 45 000 $ en dommages », a indiqué Mme Perron, ajoutant du même souffle que ses primes d’assurances ont grandement augmenté depuis.

Lors de la crue printanière de 2017, c’est par un refoulement d’égout que l’eau s’est introduite dans sa résidence de la rue Saint-François-Xavier. Cette fois-ci, elle regarde le niveau de la rivière Gatineau monter avec anticipation.

« On attend une deuxième vague, on ne se fera pas jouer de tour cette fois-ci », affirme Louise Perron, dont la maison est protégée par des centaines de sacs de sable. L’eau continuait mardi à gagner du terrain et s’approchait de chez elle.

Alors que le nouveau programme d’indemnisation aux sinistrés du gouvernement Legault fixe une limite de 100 000 $ en dédommagements avant d’inciter les gens à déménager avec une aide maximale de 200 000 $, Mme Perron n’est pas prête à penser à cette avenue.

« Déménager, c’est un gros mot, note Mme Perron. J’adore ma maison, je suis proche de l’eau. Je sais qu’on est dans une zone inondable, mais ça fait longtemps que je suis là et je n’en ai jamais eu avant [2017]. »

Circuler sur l’eau

Dans le secteur Masson-Angers, il était toujours possible de circuler sur le chemin du Fer-à-Cheval, mardi, grâce aux travaux d’enrochement réalisés par la Ville de Gatineau. L’eau s’invitait tout de même sur la chaussée à plusieurs endroits, mais les citoyens du coin ont vu bien pire en 2017.

Résidente de ce chemin qui longe la rivière des Outaouais, Lise Parenteau a affirmé ne pas être inquiète par la présente crue, même si les prévisions laissent entrevoir une hausse du niveau de l’eau dans les jours à venir.

« S’il ne pleut pas trop, on va être corrects, dit-elle. S’il pleut, ça peut monter un peu plus haut, mais on a tout barricadé. J’ai réparé ma cave, alors je suis certaine que je n’aurai pas d’eau dans la cave. »