Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le fondateur du refuge, Maxime Descoteaux, était heureux de retrouver Touti le kinkajou.
Le fondateur du refuge, Maxime Descoteaux, était heureux de retrouver Touti le kinkajou.

Vol d’animal exotique: le kinkajou a été retrouvé

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Le fondateur du Refuge Cécropia a confirmé au Nouvelliste que le kinkajou qui a été volé dans les derniers jours a été retrouvé. L’animal exotique lui a été remis en main propre en milieu d’après-midi, mardi. Il se trouvait dans la région de Lanaudière selon les informations du propriétaire du refuge, qui ne cachait pas sa joie de pouvoir reprendre l’animal.

«Je ne peux pas dire grand-chose, mais il a été retrouvé sain et sauf. Je braille, j’en tremble. Je suis tellement content», a commenté le fondateur du refuge, Maxime Descoteaux.

Il indique également que l’animal est en bonne santé et qu’il aurait été bien traité.

L’animal aurait été remis par une personne dans une institution zoologique qui aurait contacté la Sûreté du Québec selon M. Descoteaux. 

Le kinkajou Touti a été retrouvé.
Maxime Descoteaux est le propriétaire du Refuge pour animaux Cécropia.

Rappelons que le kinkajou a été volé le week-end dernier au Refuge Cécropia.

On voit l’individu en compagnie du kinkajou qui aurait été volé au Refuge Cécropia.

«Après l’article dans Le Nouvelliste, j’ai reçu une photo de cet individu-là avec l’animal dans ses bras. J’ai communiqué l’information immédiatement à la Sûreté du Québec. En milieu de soirée dimanche soir, il y a eu arrestation d’un suspect […] Je sais qu’il a été remis en liberté avec une interdiction de contact avec moi», a affirmé le fondateur du refuge, Maxime Descoteaux.

La Sûreté du Québec qui enquête sur cette affaire a confirmé que deux personnes avaient été arrêtées dans le dossier de l’introduction par effraction survenue le 19 février dernier, à Saint-Alexis-des-Monts. Il s’agit d’un homme de 42 ans de La Tuque et une femme de 54 ans, de Sainte-Béatrix. Ils ont été libérés avec des conditions. Ils doivent revenir devant la justice à une date ultérieure ou ils pourraient faire face à des accusations d’introduction par effraction et vol. La Sûreté du Québec affirme que l’enquête se poursuit.