Patrice St-Amand est accusé de tentative de meurtre.
Patrice St-Amand est accusé de tentative de meurtre.

Violente agression à Parent: Patrice St-Amand visé par de nouvelles accusations

La Tuque — Patrice St-Amand devra répondre à plus d’une dizaine de nouvelles accusations en lien avec la violente agression survenue à Parent au début du mois de janvier et un événement qui a eu lieu pendant le Festival western de Saint-Tite en septembre dernier. Deux dossiers se sont ajoutés à la liste de l’individu déjà accusé de tentative de meurtre. Patrice St-Amand reviendra devant le tribunal la semaine prochaine pour son enquête sur remise en liberté.

«L’enquête va être dans tous les dossiers et on va s’opposer à la remise en liberté. On n’a pas l’intention de changer d’idée. Ce sera remis entre les mains d’un juge», a brièvement indiqué le procureur de la Couronne Me Éric Thériault.

Un des nouveaux dossiers concerne toujours l’incident qui a bouleversé la petite communauté de Parent le 3 janvier dernier. Patrice St-Amand comparaîtra pour des accusations d’incendie criminel, de délit de fuite, d’introduction par effraction et pour plusieurs accusations de voies de fait et de menace de mort.

Sylvie Lachapelle a dû subir une importante opération après l’agression.

Il devra également comparaître dans un autre dossier concernant des incidents survenus à Saint-Tite en septembre dernier. On parle, entre autres, de voies de fait sur des agents de sécurité du Festival western de Saint-Tite et une infirmière, de menace de mort et bris d’engagement.

«Il s’agit du même district judiciaire, on a décidé de rapatrier le dossier parce qu’on trouvait ça pertinent pour le caractère violent de l’individu. […] On a une séquence d’événements qu’on racontera la semaine prochaine», a indiqué Me Thériault.

Rappelons que la Couronne s’oppose formellement à la remise en liberté de l’homme de 41 ans de Saint-Luc-de-Vincennes.

Si, habituellement, la Couronne doit faire la preuve qu’un individu doit rester détenu, dans le cas de Patrice St-Amand, ça devrait être différent en raison de bris d’engagement.

«Il y a renversement de fardeaux et ce sera à lui de prouver qu’il peut être remis en liberté», a expliqué Me Thériault.

La violente agression s'est déroulée à l'hôtel Central et aurait d’ailleurs été filmée par une caméra de surveillance.

Rappelons que Patrice St-Amand se trouvait dans la région de La Tuque pour faire de la motoneige en compagnie d’un autre individu. Pendant son périple, il serait entré illégalement dans un chalet pour dormir.

Le 2 janvier, il se serait rendu chez Ti-Rouge, un lieu d’hébergement en forêt situé près du lac Dandurand, où une dizaine de personnes se trouvaient dans un chalet. Une chicane aurait alors éclaté et St-Amand aurait été expulsé de l’endroit.

Il se serait alors déplacé vers le bar de l’hôtel Central dans le village de Parent. Une autre chicane aurait alors éclaté et Patrice St-Amand aurait mentionné vouloir régler ses comptes avec Ti-Rouge.

Sylvie Lachapelle, la copropriétaire de l’hôtel Central, aurait tenté de calmer le suspect. C’est là qu’elle se serait fait agresser à coups de poing et coups de pied. La violente scène aurait d’ailleurs été filmée par une caméra de surveillance.

Rappelons que l’ancienne conseillère municipale du secteur de Parent, Sylvie Lachapelle, a dû subir une importante opération à Trois-Rivières après l’agression. Elle a subi une fracture du crâne, a eu la mâchoire déplacée et l’os situé sous son œil a été égrené.