Le magnat de l’immobilier israélo-canadien maintes fois médaillé en cyclisme, Sylvan Adams, a fait ses premières armes sur l’ovale de Bromont.

Vélodrome couvert à Bromont: un mécène donne deux millions

Le projet d’ovale intérieur que porte depuis plusieurs années le Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB) est plus que jamais en voie de se concrétiser. Le milliardaire philanthrope Sylvan Adams a annoncé lundi qu’il donne, par le biais de sa fondation, deux millions de dollars pour offrir une nouvelle vie au seul vélodrome du Québec, 30 ans après la perte de celui de Montréal.

« Je veux redonner à la communauté cycliste en faisant ce don important pour permettre aux jeunes Québécois d’avoir un lieu d’entraînement », a indiqué Sylvan Adams, qui a notamment été champion du monde de course sur piste à deux reprises. L’ovale bromontois portera par ailleurs le nom de l’homme d’affaires israélo-canadien, a-t-on dévoilé lors du point de presse à l’Institut national du sport du Québec, sis à même le stade olympique de Montréal.

Le projet — estimé à près de 12 millions de dollars — prévoit une mise à niveau de l’ensemble des infrastructures du Centre national. La première étape consiste à poser un toit sur la piste des Jeux olympiques d’Atlanta de 1996, rapatriée à Bromont au tournant des années 2000. Il s’agit du seul vélodrome au Québec actuellement. 

En plus de l’ovale de 250 mètres, dont la surface sera remise à neuf, deux gymnases multisports (volleyball, tennis, trampoline et gymnastique, entre autres), une salle de formation et une piste d’athlétisme de 200 mètres doivent être aménagés dans le vaste immeuble. La tenue de foires commerciales et de congrès figure également dans le plan d’affaires. Tout un volet de recherche et développement aux niveaux médical et scientifique doit aussi voir le jour.

Campagne

Outre l’aide du gouvernement provincial via une subvention de 4,5 millions de dollars, la municipalité de Bromont s’est engagée à soutenir l’initiative à la hauteur de deux millions. De plus, 500 000 $ provenant principalement du secteur privé avaient été récoltés avant le lancement en septembre dernier de la collecte de fonds, visant à amasser cinq millions. En parallèle, l’objectif du CNCB est d’obtenir un demi-million du public. Jusqu’ici, la campagne de sociofinancement a permis de recueillir plus de 100 000 $. 

Québec Philanthrope chapeaute l’aspect technique de la campagne, coprésidée par le directeur général de la Caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska, Jacques Laurin, et le vice-président exécutif et chef de la direction de Soprema, Richard Voyer. « Avec l’engouement pour le projet, on voit que l’on sera certainement capables de dépasser l’objectif. On va travailler fort pour générer des fonds dans le but d’assurer la pérennité du centre. Idéalement, on souhaiterait atteindre près de sept millions pour injecter des sommes dans les opérations », a mentionné à La Voix de l’Est M. Laurin. 

Symbolique

Afin d’ajouter à la symbolique du projet, le lancement de la construction du nouveau vélodrome intérieur est prévu pour octobre 2019, soit exactement 30 ans après la disparition de celui de Montréal. Le don de deux millions du magnat de l’immobilier, impliqué depuis des années dans le monde du vélo, arrive donc à point. « C’est un grand soulagement de se sentir appuyé par Sylvan Adams dans un projet aussi important pour le cyclisme », a confié le directeur général du CNCB, Nicolas Legault.

« Ayoye, que d’émotions ! a pour sa part lancé en point de presse le maire de Bromont, Louis Villeneuve­. [...] J’ai la conviction qu’à compter de maintenant, il sera impossible d’arrêter le train de la détermination qui roule vers l’objectif ultime. »

Cycle olympique

Le bâtiment devrait être opérationnel en 2020, prêt pour le « nouveau cycle olympique » dans la foulée des Jeux de Tokyo. « Pour 2024 et les Olympiques suivants, on sera en mesure d’occuper une place beaucoup plus importante au sein de l’équipe nationale et d’avoir des athlètes qui performent sur la scène internationale. Tout cela sans devoir s’exiler à l’extérieur pour s’entraîner », a fait valoir en entrevue le directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes, Louis Barbeau. 

Sylvan Adams abonde dans le même sens, faisant le parallèle avec les succès du pays au hockey. « Chaque village au Québec et au Canada a son aréna. C’est pour ça que nous sommes les meilleurs au monde. Ça va de soi. [...] On va réussir avec de meilleures infrastructures cyclistes, c’est certain. Pas seulement être présents aux championnats du monde, mais pour gagner des titres. »

Autre bonne nouvelle, selon M. Barbeau, des discussions sont en cours avec l’Union cycliste internationale pour que le vélodrome intérieur de Bromont devienne le « centre satellite » pour l’élite en Amérique du Nord.

De gauche à droite : Nicolas Legault, Jacques Laurin, Louis Villeneuve et Sylvan Adams