De jeunes cyclistes, qui pratiquent leur discipline respective au CNCB, ont dévoilé en bordure de l’ovale le million de dollars accordé au projet de vélodrome par Desjardins.

Vélodrome à Bromont: un «pas de géant» grâce à Desjardins

Le projet de vélodrome intérieur de Bromont se dirige vers le fil d’arrivée. Grâce au don d’un million $ de Desjardins, annoncé mardi, la campagne de financement s’approche de son objectif de 5 millions $.

«Nous sommes fiers de faire un pas de géant et de s’associer avec Desjardins, qui représente très bien les valeurs du centre, pour réussir le plus grand projet sportif présentement au Québec, a indiqué en point de presse le directeur général du Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB), Nicolas Legault. On fait partie de l’histoire québécoise.»

Cet engouement pour l’initiative du vélodrome couvert est bien palpable dans l’ensemble de la communauté, et même bien au-delà de la région, a confié celui qui porte le projet depuis le jour un. «On se sent vraiment appuyé par la communauté d’affaires et par les citoyens. C’est très stimulant.»

Le million de dollars donné par Desjardins provient, à hauteur de 800 000$, du Fonds de 100 millions $ dédié à des projets régionaux. La Caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska, en partenariat avec les succursales de Brome-Missisquoi, Waterloo, La Pommeraie et Rouville, accorde 200 000$.

À LIRE AUSSI:

Trois entreprises s'unissent pour le projet

Un mécène donne deux millions

Nicolas Legault, directeur général du Centre national de cyclisme de Bromont

«Cette contribution importante de Desjardins nous donne un deuxième souffle et permet un plus grand rayonnement pour le Centre national de cyclisme de Bromont et la concertation citoyenne autour de ce grand projet, a fait valoir le directeur général de la Caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska, Jacques Laurin, coprésident de la campagne de financement du vélodrome.

«Desjardins est une coopérative qui veut s’impliquer dans la communauté, et elle le fait très bien. Un million de dollars, c’est loin d’être négligeable. Je suis très fier que Desjardins supporte un projet aussi important pour la communauté, mais également pour tout le Québec», a pour sa part indiqué en entrevue le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Témoignage

Adolescent, Richard Cauchon a été marqué par la détermination de Terry Fox. L’idée de suivre les traces de cette icône canadienne en parcourant le pays d’un bout à l’autre, à vélo dans son cas, a germé en 2017. L’équipe du CNCB a joué un rôle prépondérant en l’encadrant pour qu’il puisse réaliser ce rêve aux côtés de son fils Jessy, l’année suivante. «Ce témoignage ordinaire, d’un adolescent ordinaire, qui a eu un rêve, devenu un citoyen ordinaire de Bromont, se veut un remerciement pour l’extraordinaire contribution du CNCB. Plusieurs gens ordinaires pourraient faire comme moi [grâce au centre]. Que ce soit pour la réalisation d’un rêve, le dépassement personnel ou rouler le Canada avec son fils.»


Jacques Laurin, directeur général de la Caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska

Objectifs

Le projet, estimé à près de 12 millions de dollars, prévoit une mise à niveau de l’ensemble des infrastructures du CNCB. La première étape consiste à poser un toit sur la piste des Jeux olympiques d’Atlanta de 1996, rapatriée à Bromont au tournant des années 2000. Il s’agit du seul vélodrome au Québec actuellement.

En plus de l’ovale de 250 mètres, dont la surface sera remise à neuf, deux gymnases multisports, identifiés au nom de Desjardins, (volleyball, tennis, trampoline et gymnastique, entre autres), une salle de formation et une piste d’athlétisme de 200 mètres doivent être aménagés dans le vaste immeuble. La tenue de foires commerciales et de congrès figure également dans le plan d’affaires.

À ce jour, la campagne globale de financement a amassé près de 3,3 millions $, dont 280 000$ émanent du public. «C’est beau de voir l’implication de la région dans ce projet porteur, à la fois pour le monde sportif et touristique», a mentionné en point de presse la ministre déléguée à l’Éducation, responsable de la Condition féminine et députée de Brome-Missisquoi, Isabelle Charest.

Bien que la barre ait été fixée à 5 millions $, l’équipe qui chapeaute la vaste collecte de fonds souhaite recueillir 1,5 million $ supplémentaires. Cette somme servirait à mettre en place un fonds pour assurer la pérennité des opérations du vélodrome pour les années à venir, a réitéré M. Laurin. D’ailleurs, d’autres annonces de dons sont imminentes, a souligné le coprésident de la campagne. «Ça va vraiment très très bien. C’est un projet national. Quand Nicolas arrive pour parler du projet, les gens embarquent tout de suite.»

 Afin d’ajouter à la symbolique du projet, la pelletée de terre pour la construction du nouveau vélodrome intérieur est prévue pour octobre 2019, soit exactement 30 ans après la disparition de celui de Montréal. Les travaux doivent être exécutés à la mi-décembre 2020. L’ouverture est au programme au plus tard en 2021.