Une première sortie pour Kinuk au Zoo de Saint-Félicien

Kinuk, un des deux petits ours blancs qui ont vu le jour cet hiver, est sorti pour la première fois de sa tanière, mardi, pour découvrir le nouvel enclos des ours polaires. Une sortie fort attendue qui risque de générer d’importants impacts pour le Zoo sauvage de Saint-Félicien au cours de l’été.

Sur le coup de 10 h 30, la petite porte de la tanière s’est ouverte pour laisser Kinuk sortir à l’extérieur pour une première fois. Étant donné que la porte ne s’est ouverte qu’à moitié, dû à un problème technique, le petit s’est pointé le bout du nez, en attendant que sa mère fasse les premiers pas, mais l’ouverture était trop petite. Pour résoudre le problème, la deuxième porte a été ouverte et les deux ours sont finalement sortis pour découvrir leur nouvel habitat.

Craintif, Kinuk a d’abord suivi sa mère, Aisaqvak, de très près, alors qu’elle découvrait elle aussi son nouvel habitat. Puis, ils sont partis à la découverte de l’enclos qui est 10 fois plus grand que le précédent. Ils ont monté la colline, offrant de superbes points de vue sur la rivière en crue, et sur le nouveau restaurant. « Quand l’ours était sur le sommet de la montagne, on voyait le ciel et les arbres et on ne voyait pas une cage, a mentionné Lorraine Gagnon, la directrice générale du Zoo. On a vraiment l’impression qu’on récrée l’habitat naturel de ces animaux-là. »

Puis, après une petite balade, Kinuk est allé faire une première baignade avec sa mère, avant d’aller jouer dans le dernier petit banc de neige qui restait sur le site. « On est vraiment content de pouvoir partager des moments uniques comme celui qu’on a vécu ce matin avec les visiteurs », a-t-elle ajouté. 

Il faut dire que les petits ours ont déjà leur fan-club sur les réseaux, avec des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes qui visionnent chaque vidéo publié sur la page Facebook du Zoo. La première publication de Kinuk a même été visionnée près de 200 000 fois. 

Le deuxième ourson, Shouka, né quelques semaines après Kinuk, sortira pour sa part de sa tanière quand il sera prêt, a souligné Lorraine Gagnon, car chaque individu évolue à un rythme différent. « Notre premier objectif demeure toujours le bien-être animal », a-t-elle dit. 

Pour le Zoo sauvage de Saint-Félicien, la naissance de deux petits ours blancs est tout à fait exceptionnelle, car il est très rare que les mères acceptent les petits en captivité. En fait, les mères ne savent pas toujours quoi faire avec le petit lorsqu’il naît et il n’est pas rare que la mère le rejette… ou qu’elle le mange. Un événement qui s’est d’ailleurs déjà produit au Zoo par le passé. 

Cet été, les visiteurs pourront donc voir deux bébés ours blancs en action dans leur enclos. Dans un premier temps, l’enclos sera séparé en deux, mais si les femelles s’entendent bien, les portes pourraient être ouvertes, permettant ainsi aux oursons de jouer ensemble. De plus, des renards arctiques seront ajoutés à l’habitat des ours blancs au cours de l’été. 

Année record en vue ?

La naissance de deux bébés ours pourrait être une véritable bénédiction, car le Zoo avait connu un record d’achalandage, avec 220 000 visiteurs, lors de la naissance du dernier bébé ours en 2010. « On s’attend à une très bonne année », a mentionné Lorraine Gagnon, sans vouloir mettre trop de pression. 

En plus des bébés ours et de leur nouvel habitat, les visiteurs pourront également rencontrer les nouveaux pandas roux et la nouvelle meute de loups arctiques dans environ un mois. 

En 2018, 10,3 millions de dollars ont été investis pour l’aménagement de nouveaux habitats pour les ours polaires et pour les singes géladas, ainsi que la construction d’un nouveau restaurant. Des investissements de 7,8 millions de dollars sont aussi prévus en 2019.