Nadia Tremblay, à droite, a choisir de réorienter sa carrière.
Nadia Tremblay, à droite, a choisir de réorienter sa carrière.

Une entraîneuse privée du Lac-Saint-Jean veut devenir préposée

Certaines personnes pourraient être tentées de changer de carrière en visionnant la nouvelle campagne lancée mardi midi par le gouvernement du Québec visant le recrutement de 10 000 préposés aux bénéficiaires en CHSLD. C’est entre autres le cas pour Nadia Tremblay, une entraîneuse privée du Lac-Saint-Jean qui exerçait son métier depuis 21 ans, mais qui a décidé de faire un virage à 180 degrés en s’inscrivant à cette nouvelle formation payée d’une durée de trois mois.

« Vous comprendrez que j’ai entendu l’appel de notre premier ministre, François Legault, peut-on lire sur sa page Facebook Coach Nadia Tremblay. Je me suis engagée parce que j’ai le pouvoir et le désir de faire une différence. »

Se retrouvant à travailler dans un domaine considéré non essentiel depuis le début de la pandémie, Nadia Tremblay a avoué avoir eu beaucoup de temps dernièrement pour repenser à sa carrière. « Étant en arrêt depuis le mois de mars, je suis devenue hyper empathique envers tout ce qui passe présentement », a-t-elle exprimé au cours d’une entrevue accordée au Quotidien, mardi.

Bien qu’elle soulève le fait que la problématique touchant le système de santé dans les CHSLD existe depuis longtemps, cette dernière pense que la crise actuelle entourant la COVID-19 a permis à plusieurs individus d’en prendre conscience davantage.

« Nous en avons toujours entendu parler, mais nous n’étions pas vraiment conscients. On ne voyait pas vraiment tout ce qui se passait, a admis la femme. Avec cette pause, j’ai ressenti un besoin énorme de pouvoir mettre la main à la pâte et de faire ma part des choses ».

Au cours des 21 dernières années, cette dernière offrait des cours aux adultes, mais également aux jeunes enfants par le biais de son programme SuperVitamine qu’elle enseignait dans les écoles de la région.

« Avec la crise sanitaire, les deux activités que j’exerçais ont simultanément été mises en pause, a-t-elle lancé. Croyant profondément au destin de la vie malgré les obstacles, je me suis dit jamais deux sans trois. J’ai travaillé avec les adultes, j’ai travaillé avec les enfants et, pour boucler la boucle, il me manquait une ligne, celle de travailler aux côtés des personnes âgées », a déclaré la femme du Lac-Saint-Jean.

Nadia Tremblay est donc inscrite à la nouvelle formation et en attente d’une réponse de la part du gouvernement.

Soulevons que, selon Amélie Gourde, porte-parole du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, une centaine de préposés sont manquants sur tout le territoire actuellement dans la région. « On parle de plus d’une centaine de préposés et nous avons aussi des postes à temps complet à combler », a-t-elle fait savoir.