Olivier Prévost-Burton à son arrivée au palais de justice de Sherbrooke.

Un vendeur en ligne attaqué avec un marteau

La vente d’une montre sur la page Blackmarket a mal tourné, mardi, à Sherbrooke.

Le vendeur s’est rendu au domicile d’un acheteur potentiel sur la rue Cathédrale vers 18 h 15.

« L’acheteur a invectivé le vendeur d’une montre en disant qu’il la vendait trop cher. Il a saisi le vendeur par le collet pour le tirer dans le logement et le frapper avec un marteau. La victime a réussi à l’éviter et à prendre le marteau », explique la porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Isabelle Gendron.

Les deux individus se sont retrouvés sur le balcon du logement. « Les policiers qui passaient par hasard ont vu la bagarre. Ils sont alors intervenus pour séparer les deux individus », mentionne l’agente Gendron.

L’acheteur, devenu suspect dans cette affaire, a été arrêté. Connu des milieux policiers, il a passé la nuit en détention.

Olivier Prévost-Burton a comparu devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke. Des accusations de séquestration, voies de fait armées, possession d’une arme dans un dessein dangereux, méfait et divers bris d’engagement ont été autorisées par la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Andrée Ayotte.

D’un commun accord avec l’avocat de la défense, Me Christian Raymond, une évaluation psychiatrique sur l’aptitude à comparaître a été demandée.

Olivier Prévost-Burton a été confié au département de psychiatrie légale du CHUS. Il reviendra devant le tribunal le 19 septembre prochain.

Prévention

Le Service de police de Sherbrooke souhaite mettre en garde la population lors de la vente ou l’achat sur des sites de vente directs comme Blackmarket ou les petites annonces. « Certains en profitent pour tendre des pièges afin de soutirer de l’argent ou profiter de la situation », prévient Isabelle Gendron du SPS.

Le SPS invite à fixer les rendez-vous dans des places publiques et d’aviser une personne de confiance du rendez-vous fixé.

« Il faut aussi s’assurer que la marchandise vaut bien le prix vendu et surtout qu’il ne s’agit pas de marchandise volée », mentionne-t-elle.