Les ossements de Cédrika Provencher ont été découverts en décembre 2015.

Un profil Facebook au nom de Cédrika Provencher fait réagir

TROIS-RIVIÈRES — De mauvais plaisantins s’en donnaient à cœur joie, depuis quelques jours, en rédigeant des messages manifestement moqueurs sur Facebook, à partir d’un profil créé au nom de Cédrika Provencher, cette fillette disparue le 31 juillet 2007, à Trois-Rivières, et dont les ossements ont été retrouvés huit ans plus tard.

Le ou les créateurs de ce profil n’ont indiqué aucune information personnelle dans la section À propos de la page, outre la mention «marié(e)». Plusieurs commentaires ironiques se moquant du fait que la Trifluvienne soit décédée ont également été publiés par la soi-disant Cédrika sur son mur. Parmi les photos du profil, on retrouvait notamment une image montrant un crâne et des ossements humains, ainsi qu’une affiche signalant la disparition de la jeune fille, il y a 12 ans.

Ce n’est que dimanche que d’autres utilisateurs de Facebook ont remarqué la page et ont exprimé leur indignation face aux propos moqueurs de son ou ses créateurs.

En toute fin de soirée, dimanche, la page Facebook en question n’était toutefois plus accessible.

«Faut vraiment être sans dessein pour créer ce genre de compte, sérieux ...une bande d’immatures sans respect....vous ne savez pas vivre pour vous moquer d’une jeune fille qui s’est fait enlever.... des petits counes de première», s’indignait une utilisatrice.

«Tu veux attirer l’attention, c’est quoi là, tes parents ne t’en donnent pas assez? Tu me fais pitié, la personne qui a créé cette page-là», critiquait une autre personne.

«C’est donc dégueulasse comme compte, vous n’avez aucun respect pour les gens, ce n’est tout de même pas de sa faute si elle s’est fait enlever, vous êtes dégueulasses!!! Ça n’a pas de bon sens!!», dénonce une autre personne.

«Je souhaite que les personnes qui on créé ça aillent mieux, il faut vraiment être désordonné et désorienté pour rire de choses comme cela», ajoute une autre personne.

Un autre utilisateur de Facebook défend pour sa part ce geste en mentionnant «ça fait 12 ans, j’pense qu’on peut se permettre d’en rire un peu».

Ce profil Facebook comptait 129 «amis», dimanche, avant que la page soit désactivée, principalement des jeunes, dont un certain nombre indiquaient sur leur profil étudier à l’école secondaire le Boisé, à Victoriaville.

Rappelons que la disparition de Cédrika Provencher avait créé tout un émoi dans la région et au Québec, en 2007. Pas moins de 200 policiers avaient été réquisitionnés durant plusieurs jours pour effectuer des recherches. Bien que ses ossements ont été retrouvés par trois chasseurs, le 11 novembre 2015, dans un boisé aux limites de Trois-Rivières et de Saint-Maurice, le mystère entourant sa disparition et sa mort n’a pas encore été élucidé par la police.

Ce n’est pas la première fois qu’on s’en prend à la mémoire de la jeune fille. En 2017, le mémorial aménagé sur la clôture qui ferme l’accès au boisé où ses restes ont été trouvés avait été vandalisé.