C’était la « passation des pouvoirs » au Droit, vendredi, alors que le président et éditeur Pierre-Paul Noreau cédait sa place à la barre au directeur général Éric Brousseau.
C’était la « passation des pouvoirs » au Droit, vendredi, alors que le président et éditeur Pierre-Paul Noreau cédait sa place à la barre au directeur général Éric Brousseau.

Un premier directeur général pour la coop du Droit

La Coopérative des travailleurs et travailleuses du journal Le Droit place Éric Brousseau derrière le gouvernail pour diriger l’entreprise contre vents et marées sous son nouveau mode de propriété.

Directeur principal des ventes du Droit depuis 2012, Éric Brousseau a été choisi par le conseil d’administration de la Coopérative pour devenir son directeur général.

« Je suis très heureux, privilégié et honoré de cette nomination, lance M. Brousseau. Ce sont d’énormes souliers à chausser, (le président et éditeur) Pierre-Paul Noreau a fait un travail phénoménal dans les dernières années pour nous aider à préparer ce virage-là. »

Le premier directeur général de l’histoire de la Coopérative des travailleurs du quotidien Le Droit admet d’emblée que les défis qui l’attendent sont grands. Le principal sera de s’assurer que les entreprises et les citoyens qui se sont engagés à soutenir le journal au cours des derniers mois tiennent promesse.

« On a réussi à aller chercher 2,2 millions $ en lettres d’intention d’engagement dans la coopérative, que ce soit à travers des engagements d’achats publicitaires pluriannuels ou d’achats de parts privilégiées, rappelle Éric Brousseau. Ils n’ont pas vu le plan d’affaires, alors il faudra aller leur présenter pour les amener à bord. »

Au cours des dernières années, Éric Brousseau a notamment piloté diverses initiatives de diversification des sources de revenus, notamment la création des magazines Le Droit Affaires et Le Droit Famille, ainsi que de nombreux cahiers spéciaux.

« Je suis très fier parce qu’on a rencontré tous nos budgets publicitaires locaux depuis trois ans », souligne M. Brousseau.

La francophonie ontarienne

« La francophonie ontarienne, c’est un morceau hyper important de notre histoire. On a toujours été un journal de lutte des Franco-Ontariens et on va le demeurer », répond Éric Brousseau lorsqu’on le questionne sur l’importance de la couverture des enjeux sur la rive ontarienne.

Le nouveau directeur général de la coopérative du Droit soutient qu’il devrait faire sous peu une annonce qui permettra « d’améliorer la couverture pour les Franco-Ontariens ».

M. Brousseau est également bien conscient des inquiétudes au sein de l’Ontario français quant à l’emplacement des prochains locaux du journal Le Droit.

Il dit ne pouvoir donner tous les détails puisque rien n’est finalisé — notamment le processus d’approbation du plan d’arrangement avec les créanciers de Groupe Capitales Médias devant la Cour supérieure —, mais que l’entreprise devrait pouvoir faire le point sur cette question en janvier.