Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sébastien Ringuette
Sébastien Ringuette

Un pompier démissionne pour garder son droit de s’exprimer [ARTICLE AUDIO]

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Louiseville — Un pompier de Louiseville a préféré remettre sa démission et conserver son droit de parole plutôt que de recevoir une mesure disciplinaire de la part de son employeur après avoir publiquement remis en question un projet de construction d’un immeuble de 32 logements ayant reçu l’aval de la Ville.

Sébastien Ringuette était un pompier de plus de 12 ans d’expérience. Le 19 février, il a écrit à titre de citoyen un message sur sa page Facebook contestant le fait qu’un immeuble d’une telle dimension allait voir le jour dans son secteur constitué principalement de maisons unifamiliales.

Vérifications faites auprès de l’administration municipale, le projet respecte la réglementation en vigueur, mais M. Ringuette ne comprend toujours pas pourquoi cet immeuble sera construit.

«C’est illogique de bâtir ça. Je me suis fait dire que le projet est avancé, que les permis sont donnés et qu’on ne peut plus faire grand-chose, que j’aurais dû me manifester en novembre, mais je ne savais pas qu’il y avait ce projet. J’ai écrit sur Facebook pour informer les gens. Je suis resté avec des faits dans mon message», déclare M. Ringuette, dont le message demandait à la Municipalité de faire preuve d’un certain jugement et proposait l’érection d’immeubles de quatre ou de six logements sur le terrain.

Ce dernier a toutefois été avisé par la direction du service de sécurité incendie qu’il aurait une lettre de réprimande à son dossier pour un manque de respect envers son employeur. Cette décision de la Ville déplait à M. Ringuette.

«Je n’ai jamais été déloyal envers le service. Je ne dénigre personne au niveau de l’administration. Je demeure objectif. J’ai enlevé mon message sur Facebook, je ne voulais pas que ça affecte le service incendie. Je n’ai aucune tache à mon dossier et je veux avoir le droit à mon opinion. La prochaine fois que je dirai que ma rue est mal déneigée ou qu’il manque de balançoires dans un parc, j’aurai une lettre de réprimande? On a droit à notre opinion en tant que citoyen. Si je n’ai plus ce droit de parole en tant que citoyen, je me suis dit que j’allais démissionner», raconte M. Ringuette, ce qu’il a fait à regret jeudi dernier lors d’une rencontre avec la direction du service de sécurité incendie.

Alain Béland, le chef du service de sécurité incendie, a dirigé Le Nouvelliste vers Yvon Douville pour parler de ce sujet. M. Douville, le directeur général de Louiseville, a refusé de discuter publiquement du dossier impliquant un employé de la Ville.

Yvon Deshaies affirme ne pas être intervenu directement dans ce cas, laissant le soin aux cadres de la Ville de faire leur travail. Mais le maire rappelle qu’un pompier volontaire est un employé de la Ville.

«Descendre la Ville, quand tu es pompier, on aime moins ça. Avoir un bloc de 32 logements derrière chez nous, est-ce qu’on aime ça? Ça, c’est une chose. Dans le secteur de la rue Pie-IX, avec un 32 logements, c’est possible qu’il y ait plus de trafic, mais ça fait partie de notre développement.»

Écoutez cet article en version audio.

Selon le maire de Louiseville, le promoteur possède toutes les autorisations pour réaliser son immeuble. Le comité consultatif d’urbanisme a accepté le projet. Le conseil a donné son accord et ne changera pas d’avis, indique le maire.

«On a demandé si c’est légal, si c’est conforme aux règlements et le promoteur a tout ça. Et il a le droit d’avoir un 32 logements. C’est un gros projet.»

Le promoteur doit démolir un duplex avant de commencer la construction de son immeuble. Les travaux doivent s’amorcer ce printemps.