Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Marc Faucher et Raymond Frost de Teledyne Dalsa à Bromont affirment que tout le personnel de l’usine a ressenti un grand sentiment de fierté lorsque Perseverance s’est posé sur Mars la semaine dernière.
Marc Faucher et Raymond Frost de Teledyne Dalsa à Bromont affirment que tout le personnel de l’usine a ressenti un grand sentiment de fierté lorsque Perseverance s’est posé sur Mars la semaine dernière.

Un peu de Bromont sur la planète Mars [VIDÉO]

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
L’astromobile Perseverance a amené avec elle un peu de l’expertise bromontoise sur la planète Mars. Les «yeux» de la «SkyCam», la caméra qui pointe vers l’atmosphère martienne, ont été fabriqués chez Teledyne Dalsa, situé dans le parc scientifique de Bromont.

Les capteurs d’image CCD de l’entreprise sont intégrés depuis pratiquement deux décennies aux caméras des différents véhicules spatiaux envoyés à une distance moyenne de 225 millions de kilomètres de la Terre. Et cette fois-ci ne fait pas exception.

« On en est à la sixième mission. On a alimenté les Spirit et Opportunity en 2004, Phoenix en 2008, Curiosity en 2012, InSight en 2018 et Perseverance en 2021 avec le même type de capteurs », explique le directeur de développement de solutions de produits au sein de l’entreprise, Marc Faucher.

Les «yeux» de la «SkyCam», la caméra qui pointe vers l’atmosphère martienne, ont été fabriqués chez Teledyne Dalsa, situé dans le parc scientifique de Bromont.

Fait étonnant : le CCD (pour Charge-Coupled Device, ou dispositif à transfert de charges) de la SkyCam a été fabriqué... au tournant de l’année 2000. Il fait partie du lot de capteurs qui avaient été acheminés à l’époque au responsable du programme martien pour la NASA, le Jet Propulsion Laboratory (JPL), client de Teledyne Dalsa.

« Le capteur a 20 ans et il fonctionne toujours aussi bien que la journée un, quand ils (l’équipe de JPL) l’ont reçu », lance, avec une pointe de fierté dans la voix, le scientifique en intégration de procédés pour les procédés CCD et CMOF, Raymond Frost.

Ce dernier a travaillé à l’époque sur ce projet avec le gérant de produits chez Dalsa, aujourd’hui à la retraite, Robert Groulx.

D’autres usines de Teledyne Dalsa ont également fourni des CCD et des instruments dans le cadre de ce projet. Mais le capteur d’images CCD de la SkyCam a été fabriqué à Bromont.

Bien que la technologie ait évolué depuis 2000, Marc Faucher fait valoir que les CCD de Teledyne Dalsa, qui permettent de convertir la lumière en courant électrique et en images, ont su faire leurs preuves au fil des différentes missions. « Après avoir démontré que les circuits pouvaient très bien fournir Spirit et Opportunity, je présume qu’ils ont voulu jouer de prudence et garder le même genre de circuits robustes pour les autres missions », avance-t-il.

Informations météo

Marc Faucher précise que Perseverance, à la recherche de signes d’une possible ancienne vie microbienne, est équipé d’une vingtaine de caméras. D’autres usines de Teledyne Dalsa ont d’ailleurs également fourni des CCD et des instruments dans le cadre de ce projet.

La SkyCam est pour sa part, comme son nom l’indique, orientée vers le ciel, donc vers l’atmosphère de Mars. Elle est insérée dans la station météorologique de l’appareil. «Cette caméra-là regarde la température, la pression, l’humidité, la poussière. Avec notre CCD, elle peut capturer des photos et même des vidéos», explique le directeur de solutions de produits.

Elle pourra ainsi fournir des images du « ciel » martien à différents moments de la mission.

Fierté

Même si les CCD ont été réalisés il y a longtemps, les 480 employés de l’entreprise n’en ont pas moins ressenti un grand sentiment de fierté lorsque Perseverance s’est posé sur Mars la semaine dernière. Tous ont visionné les images avec intérêt, affirme Marc Faucher.

Pour l’occasion, l’atterrissage de Perseverance, auquel a participé l’ingénieure québécoise en aérospatiale à la NASA Farah Alibay, a été diffusé à la cafétéria de l’entreprise, souligne-t-il.

« J’avais très hâte de voir ça », laisse pour sa part tomber Raymond Frost, qui croit avoir aperçu des images qui pourraient bien provenir de la SkyCam.

« Le sentiment de fierté généré par cet événement s’étend à tout le monde, à tous les types d’employés, qu’ils soient opérateurs, techniciens, ingénieurs ou personnel de service. Tout le monde, à un moment ou l’autre, a pu participer à la fabrication de ces produits-là. Ils peuvent participer à des projets uniques et en retirer de la fierté », dit M. Faucher.

Les capteurs d’image CCD de l’entreprise sont intégrés depuis pratiquement deux décennies aux caméras des différents véhicules spatiaux envoyés à une distance moyenne de 225 millions de kilomètres de la Terre. Et cette fois-ci ne fait pas exception.

L’expertise de Teledyne Dalsa à Bromont pourrait-elle à nouveau être utilisée pour de futures missions spatiales ? « Pour le moment, il n’y a pas de projet actif, dit Marc Faucher. On sait très bien que ce sera le moment pour eux (l’équipe de JPL) de passer à une nouvelle technologie pour les prochains projets qui vont émerger de ça. (...) On reste à l’écoute des besoins de ce client-là. Lorsqu’il se présentera, on sera prêts. »

Mais, pour l’heure, la SkyCam et les autres caméras de Perseverance ne font que commencer à livrer les secrets de la planète rouge.