La commercialisation du vin est étonnamment complexe quand on veut vendre des produits d’une province à l’autre, déplorent plusieurs vignerons ontariens et québécois, qui réclament un grand ménage dans les pratiques pour encourager ce secteur en pleine croissance.
La commercialisation du vin est étonnamment complexe quand on veut vendre des produits d’une province à l’autre, déplorent plusieurs vignerons ontariens et québécois, qui réclament un grand ménage dans les pratiques pour encourager ce secteur en pleine croissance.

Un marché ouvert du vin, pas pour demain

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La commercialisation du vin est étonnamment complexe quand on veut vendre des produits d’une province à l’autre, déplorent plusieurs vignerons ontariens et québécois, qui réclament un grand ménage dans les pratiques pour encourager ce secteur en pleine croissance.