Kathy Lebrun-Gagnon

Un mandat d'arrestation vite annulé contre Kathy Lebrun-Gagnon

Après l’émission d’un mandat d’arrestation contre elle en matinée, Kathy Lebrun-Gagnon d’Orford a fourni rapidement des explications à son avocat à distance qui ont entraîné son annulation quelques heures plus tard.

À la suite de son plaidoyer de culpabilité à plusieurs accusations de fraude, la femme de 30 ans devait recevoir sa peine, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.

Elle brillait cependant par son absence.

À LIRE AUSSI: Cause Lebrun-Gagnon : la défense invoque un contexte

Lebrun-Gagnon encore accusée de fabrication de faux

Kathy Lebrun-Gagnon occupait le poste de directrice commerciale chez Occasion Beaucage lorsqu’elle a commis les crimes qui lui sont reprochés.

« Nous avions une suggestion commune à présenter au tribunal. Elle a toujours été présente à toutes les étapes du processus judiciaire. J’ai tenté de la rejoindre au cours des dernières semaines. Je n’ai pas eu de retour d’appel », a expliqué Me Jean Leblanc.

Kathy Lebrun-Gagnon s’est cependant rapportée par téléphone à son avocat après l’appel de sa cause devant le tribunal.

Elle se trouve en Alberta, mais une problématique avec son vol l’a empêchée de regagner le Québec à temps pour les observations sur la peine dans son dossier.

Le 31 juillet, elle devra se présenter au tribunal à Sherbrooke pour justifier son absence.

Accusée de fabrication de faux documents, Kathy Lebrun-Gagnon a reconnu récemment les accusations portées contre elle après des discussions entre son avocat Me Jean Leblanc et la procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux.

La femme d’Orford a reconnu avoir fait de faux documents d’assurances vie et invalidité, de faux contrats de burinage, de faux contrats de garantie de remplacement, de faux contrats de garantie mécaniques ou d’assurances automobiles auprès de clients qui venaient de se procurer des véhicules d’occasion entre décembre 2015 et mai 2016.

L’objectif de l’accusée était vraisemblablement de toucher des commissions sur les produits qu’elle vendait aux clients en fabriquant de faux contrats. Elle aurait touché environ 16 000 $ en commissions auxquelles elle n’avait pas droit en 2016.

Kathy Lebrun-Gagnon a quitté ses fonctions chez Occasion Beaucage au printemps 2016.