Un homme écope de 50 heures de travaux communautaires pour s'être fait justice lui-même

Il n’est jamais recommandé de se faire justice soi-même.

Un individu d’une quarantaine d’années sans antécédents judiciaires l’a appris à ses dépens mardi après s’être reconnu coupable de voies de fait avec lésions au Palais de justice de Chicoutimi.

Le 15 avril dernier, l’homme circulait à bord de sa camionnette dans le secteur de la rue Saint-Gérard à Chicoutimi-Nord près du restaurant Bouffe et Plus lorsque des jeunes lui ont lancé des balles de neige.

Amorçant un mouvement de recul, l’homme est sorti de son véhicule et a empoigné un jeune de 13 ans, le poussant au sol et lui infligeant des blessures superficielles.

L’agresseur s’est rendu par la suite à l’école du jeune pour y rencontrer le directeur afin de corroborer les faits.

L’accusé s’est présenté mardi sans avocat devant le juge Lortie pour admettre sa culpabilité en déclarant avoir voulu expliquer au jeune que son comportement pouvait être dangereux.

La Couronne

La Couronne, représentée par Me Mariane Girard, a demandé une peine de 125 heures de travaux communautaires assortie d’une probation de 12 mois et d’un don de 500 $ au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC).

Le juge a expliqué à l’accusé que la vie en société est remplie de contraintes et de frustrations, mais que la règle veut que l’on tente de régler les différends plutôt de recourir à la violence, dans ce cas, auprès d’un adolescent.

Le juge a imposé à l’homme une suspension de sentence, une probation de 12 mois ainsi que 50 heures de travaux communautaires en plus du don de 500 $.