Un employé de l’entreprise Durabac a subi de graves blessures lors d’un accident de travail survenu mercredi après-midi.

Un employé de 18 ans reçoit un conteneur de 5000 livres sur les jambes

Un jeune travailleur de Durabac à Granby a subi de graves blessures aux jambes lorsqu’une partie d’un conteneur est tombée sur lui, mercredi après-midi. L’accident s’est produit au moment où il a voulu montrer le fruit de son travail au propriétaire de l’entreprise.

« C’est un événement triste qui aurait pu être évité », estime Patrick Charbonneau, propriétaire de l’entreprise. Il était à quelques pouces seulement du jeune travailleur, un « excellent travailleur, un bon petit gars consciencieux » lorsque l’accident s’est produit. 

Formé par l’entreprise, le travailleur âgé de 18 ans a voulu montrer le travail qu’il avait accompli dans le processus de fabrication d’une benne munie d’une porte dompeuse pneumatique. « C’est lui qui a fait le montage, l’assemblage pneumatique pour la porte. Il a voulu me montrer que ça fonctionnait bien », raconte M. Charbonneau.

Le travailleur s’est alors positionné sous la boîte (conteneur) pour brancher le système pneumatique. La porte du conteneur s’est alors ouverte, mais le conteneur était soutenu par celle-ci. Les supports qui sont habituellement en place pour le soutenir n’y étaient pas parce que le conteneur était en déplacement.

Une partie du conteneur pesant 5000 livres est alors tombée sur le bas du corps du travailleur. Le propriétaire estime à 1000 livres le poids qu’il a supporté. En quelques secondes, 12 employés sont accourus pour secourir leur jeune collègue de travail. Ils ont soulevé la boîte qui a ensuite été déposée sur des supports. 

Les secouristes de l’usine sont intervenus, puis les paramédics. Ceux-ci ont été assistés par les pompiers pour sécuriser le conteneur. Le travailleur a été transporté à l’hôpital de Granby. Malgré la gravité de ses blessures aux jambes, sa vie n’est pas en danger. 

out le personnel de l’entreprise a été rencontré par la direction pendant que les secouristes intervenaient auprès de leur collègue. « Ça a shaké beaucoup de gens. On les a réunis pour les rassurer sur ce qui venait de se produire, dit M. Charbonneau. Ça nous rappelle en même temps qu’on est jamais trop prudents. »

Une série d’événements aurait donc contribué à l’accident. L’absence de précautions (les supports absents en raison du déplacement de la boîte), le manque d’expérience et l’enthousiasme du travailleur pourraient avoir joué un rôle dans cet accident de travail, énumère M. Charbonneau. 

« Il m’a demandé de regarder ce qu’il a réalisé et il a fait rapidement pour me montrer ce qu’il a fait, en ne tenant pas compte de la sécurité qu’il y avait autour. Moi même, je n’ai pas vu ça venir », affirme le propriétaire, qui s’est rendu à l’hôpital pour prendre des nouvelles de son employé.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail a ouvert une enquête. Les policiers ont assuré la protection de la scène jusqu’à l’arrivée des inspecteurs.