L’ancien député de Saint-François, Guy Hardy.

Un député peut détruire ses dossiers

SHERBROOKE — Un député sortant a un droit de vie ou de mort sur les dossiers traités durant son règne dans une circonscription. Il peut ainsi les détruire ou les transmettre après l’élection au nouveau député élu.

« La constitution de dossiers relève strictement de la fonction de député, laquelle n’est pas directement liée à l’administration de l’Assemblée nationale », explique Julie Champagne, conseillère en communication et relations médias à l’Assemblée nationale.

Lire aussi: Hébert entre dans un bureau de comté vide

« Un député jouit en effet d’une entière indépendance dans l’exercice de ses fonctions. Ainsi, seul le député lui-même peut prendre les mesures qu’il juge opportunes quant à l’intérêt du citoyen et à sa propre gouverne. »

Rappelons que la nouvelle députée de Saint-François, Geneviève Hébert, déplore le peu de collaboration offerte par son prédécesseur à l’occasion de la transition dans la circonscription. Elle s’est même retrouvée devant des « classeurs vides ». Avant son assermentation de mardi de la semaine dernière, la députée désignée a tenté d’établir un dialogue avec le député libéral sortant, Guy Hardy, et ce, afin de discuter transition et de préparer la relocalisation du bureau.

La députée caquiste dit s’être fait refuser l’accès au bureau par des membres de l’équipe de M. Hardy et n’a pas été en mesure de lui parler directement.

Réagissant à la nouvelle, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, a dit avoir dû faire face à la même situation quand elle a pris les rênes de la municipalité. « C’est malheureusement toujours comme ça, même à la mairie. Je suis arrivée dans un bureau vide! Et ça ne devrait pas puisqu’on est là pour servir les citoyens! », a-t-elle commenté.

Pour sa part, la nouvelle députée de Sherbrooke, Christine Labrie, a remercié publiquement Luc Fortin, qui a généreusement offert de son temps la semaine dernière pour transmettre les dossiers en cours dans la circonscription.

Même son de cloche pour Isabelle Charest qui n’a pas eu de problème de passation de dossiers dans Brome-Missisquoi.

Mme Champagne note qu’il appartient au député de déterminer s’il est possible de transférer les dossiers à son successeur, « auquel cas le transfert devra respecter les règles de confidentialité, ce qui peut nécessiter l’obtention du consentement des personnes concernées ».