Ils étaient une centaine de voitures, dont plusieurs avec plus d’un passager à bord, à participer à la parade en faveur du projet de GNL Québec.
Ils étaient une centaine de voitures, dont plusieurs avec plus d’un passager à bord, à participer à la parade en faveur du projet de GNL Québec.

Un convoi d’une centaine de voitures pour GNL Québec

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Ils étaient une centaine de voitures, dont plusieurs avec plus d’un passager à bord, à participer à la parade en faveur du projet de GNL Québec et des grands projets au Saguenay-Lac-Saint-Jean, une parade que les organisateurs ont qualifiée de carboneutre.

Les manifestants, munis de fanions à l’effigie de GNL, ont pris le départ du stationnement du Faubourg Sagamie pour se rendre au stationnement du Port de Saguenay à La Baie.

« C’est un succès incroyable, au-delà de nos attentes. Beaucoup de gens nous demandaient pour faire une marche, mais avec la pandémie c’était plus difficile, on s’est donc tourné vers une parade en voiture qui respectait toutes les mesures sanitaires », a laissé savoir Yvon Laprise, le co-porte-parole du groupe Facebook GNL Sag-Lac qui compte plus de 37 000 membres.

Organisateur de l’événement, M. Laprise voulait donner la parole à ce qu’il juge comme la majorité silencieuse qui est en faveur des grands projets. « C’est une des premières fois qu’on voit ça une manifestation en faveur des projets. Quand on est pour quelque chose, on a la mentalité de rester silencieux. Je pense que la dernière fois, c’était pour l’autoroute dans le Parc des Laurentides. On a plus tendance à parler quand on est contre quelque chose. »

Les co-porte-paroles du groupe Facebook GNL Sag-Lac, Yvon Laprise et Annik Lachance-Gravel, ont participé à la plantation d'arbres après la parade.

Le préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, Gérald Savard, ouvertement en faveur du projet, avait lancé une invitation à ses concitoyens sur sa page Facebook samedi matin. Il était présent pour l’occasion, tout comme le député conservateur de Chicoutimi-Le-Fjord, Richard Martel et le conseiller municipal de Saguenay, Marc Pettersen.

Une parade carboneutre

Il est difficile de dire qu’une manifestation en voiture est carboneutre. Cependant, M. Laprise assure que leurs émissions de gaz à effet de serre seront compensées par l’achat de crédits carbone. « On a pris en note le nombre de personnes par voiture et leur kilométrage total depuis leur domicile. Les données vont être remises à Carbone Boréal et eux vont calculer notre empreinte carbone. Ensuite, la firme Solutions Will va nous commanditer des crédits carbone pour compenser notre production de gaz à effet de serre. De plus, Concept Signature va doubler la mise pour les générations futures. On est donc plus que carboneutre. »

Avec son événement, il voulait aussi sensibiliser les gens aux gaz à effet de serre et à l’existence des crédits carbone. « Pour nous aussi, c’était de l’inconnu jusqu’à tout récemment. C’est le projet de GNL qui nous a sensibilisés à ça. On voulait appuyer GNL, mais aussi dire aux gens qu’on peut en acheter pour compenser notre empreinte carbone », a expliqué M. Laprise.

Après l’arrivée de tout le monde au port, les voitures ont commencé à partir et un groupe est resté sur place pour planter une centaine d’arbres. Un geste symbolique selon M. Laprise. « On veut donner l’image qu’on n’est pas contre l’environnement. Les gens qui étaient là, ils sont sensibles à l’environnement. Avec ce qu’on a entendu au BAPE, on sait que GNL va être bon avec l’environnement et être de bons citoyens. On veut seulement ce qui est le mieux pour notre région. Donc, les arbres n’étaient pas pour la carboneutralité, mais c’est sûr que c’est un plus. »

Des bénévoles ont pris en note le nombre de voiture et les occupants de chacune d'entre-elles pour bien calculer l'empreinte carbone de l'événement et compenser par l'achat de crédits carbone

Remerciement spécial

Après l’événement, M. Laprise a tenu à remercier les opposants au projet qui ont montré un respect pour la démocratie et n’ont pas tenté de nuire aux gens qui appuient GNL. « On en profite pour remercier les opposants qui n’ont pas fait entrave à notre prise de parole, comme on le fait quand eux manifestent contre le projet. »

Par ailleurs, le début de la deuxième séance du Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) est prévu pour le 26 octobre. Elle devrait se tenir entièrement de façon virtuelle, ce qui déplaît à de nombreux opposants qui ont demandé le report afin de permettre à tout le monde de se faire entendre.