Thomas Caron passera le reste de la saison avec les Remparts de Québec au niveau junior majeur.

Thomas Caron terminera la saison avec les Remparts de Québec

On dit souvent que le malheur des uns fait le bonheur des autres. Alors que le départ de Thomas Caron prive les Inouk d’un de leurs piliers, les Remparts de Québec ont retrouvé un attaquant capable de leur rendre de précieux services.

Grand manitou de la formation québécoise, Patrick Roy a récemment confirmé que Caron passera le reste de la saison au niveau junior majeur.

L’athlète de 18 ans avait volontairement quitté le dernier camp des Remparts pour obtenir plus de temps de jeu dans le junior AAA, avant de revenir de façon sporadique.

« On a discuté de la situation quelques fois durant mes rappels. Au départ, la décision n’était pas prise, parce qu’il y aura toujours une place dans mon cœur pour les Inouk. Mais je suis très content d’avoir l’opportunité de remonter avec les Remparts », a expliqué le principal intéressé.

Caron a amassé 12 points (cinq buts et sept aides) en 13 matchs avec les Diables rouges cette saison. Les Remparts (17-14-8) occupent présentement le 11e rang du classement de la LHJMQ.

En entrevue avec un confrère du quotidien Le Soleil, Roy a mentionné que ses performances l’ont conforté dans sa décision d’échanger Olivier Mathieu à Victoriaville.

« C’est très agréable d’être dirigé par une légende du hockey comme Pat, a reconnu le numéro 26. C’est aussi l’fun de recevoir de bons commentaires venant de lui. Il a une bonne tête de hockey, il a vu la game au plus haut niveau. »

Caron évolue plus souvent qu’autrement sur l’un des deux premiers trios offensifs des Remparts, en plus d’obtenir une présence régulière sur les unités spéciales.

Il forme d’ailleurs un duo intéressant en compagnie d’Andrew Coxhead. Contre Sherbrooke le 28 décembre dernier, l’imposant joueur de centre a contribué au premier tour du chapeau de Caron dans la LHJMQ. « On s’entend super bien, même s’il parle en anglais et moi en français. Je crois que notre chimie ne peut que s’améliorer sur la glace. »

Le jeune homme originaire de Candiac a pu renouer avec la famille de pension qui l’avait accueilli à ses débuts à Québec. Il poursuivra également ses études collégiales en sciences humaines dans la Vieille Capitale.

Un choix déchirant

Thomas Caron affirme qu’il doit beaucoup aux Inouk, qui lui ont notamment permis de reprendre confiance en ses habiletés offensives. Il avait donc le cœur gros au moment de quitter l’équipe.

« Les Inouk m’ont accueilli à bras ouverts. Je n’ai connu que des bons moments à Granby, je me suis fait beaucoup d’amis. Je vais encore suivre les résultats par Internet. Et si j’ai la chance d’aller les voir jouer, je ne raterai pas l’occasion », a assuré le patineur de 6 pieds 1 pouce et 195 livres.

Caron constitue évidemment une lourde perte pour les Inouk, lui qui faisait des ravages (35 points en 19 matchs) aux côtés de Louis-Philippe Denis et William Leblanc sur le premier trio. D’autant plus que Nicolas Roy, blessé à une cheville, devrait encore rater de deux à trois semaines d’activités.

« C’est une perte pour les Inouk... mais aussi l’occasion pour un autre joueur de prendre sa place », a fait valoir l’entraîneur et directeur général Patrice Bosch.

Si ce dernier considère que la solution ne se trouve pas à l’interne, les transactions demeurent permises jusqu’à jeudi, 20 h, dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec.

Bosch n’avait d’ailleurs que des bons mots pour Caron mardi avant-midi. « Je suis très fier de lui, je suis heureux de sa progression. Il a travaillé fort et a obtenu ce qu’il mérite. Je suis content qu’il ait choisi de nous faire confiance et de venir à Granby pour les bonnes raisons l’année dernière. Il est maintenant récompensé », a souligné coach Bosch. « Je ne serais pas surpris de le voir obtenir une chance à un niveau supérieur un jour s’il poursuit sur sa lancée. »

Caron possède effectivement un potentiel intéressant, comme en témoigne sa participation au dernier Défi mondial junior A. Il refuse toutefois de s’emballer. « Je n’ai pas d’objectifs clairs, j’essaie juste de donner mon 100 %. Mais c’est certain que j’aimerais bien obtenir éventuellement une invitation au camp d’une équipe professionnelle. »

Les partisans des Inouk devront sans doute faire leur deuil ; à la fois polyvalent et explosif, Thomas Caron a probablement disputé son dernier match au centre sportif Léonard-Grondin.