La reprise des activités de soins de santé oblige certains professionnels à revoir les tarifs des services offerts.
La reprise des activités de soins de santé oblige certains professionnels à revoir les tarifs des services offerts.

Soins dentaires et COVID-19 : combien devrait-on payer de plus?

SHERBROOKE — La reprise graduelle des activités de soins de santé oblige certains professionnels à revoir les tarifs des services offerts afin de répondre aux nouvelles exigences sanitaires de leur pratique. Bien qu’elles soient en droit de le faire, certaines entreprises sherbrookoises de soins buccodentaires se font reprocher de charger plus que la somme nécessaire.

L’Association des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ) mentionne qu’une « recommandation raisonnable » allant d’un montant fixe de 15 $ à 30 $ a effectivement été suggérée à l’ensemble de ses membres afin de répondre aux nouveaux besoins qu’engendre la pandémie de la COVID-19.

À LIRE AUSSI: Frais COVID-19 : qu’en est-il des salons de coiffure?

« On a suggéré une hausse de tarif, mais chaque clinique est libre d’augmenter ses tarifs en fonction de sa réalité. [...] Le but de cette augmentation-là c’est de compenser les mesures et les équipements de protection nécessaires pour assurer la sécurité des patients et des professionnels. »

De son côté, l’Ordre des dentistes du Québec indiquait dans un communiqué transmis le 5 juin à ses membres que depuis la reprise des activités non urgentes, elle avait reçu « plusieurs appels de la part de patients à propos de la légalité des tarifs suggérés par l’ACDQ ».

« Bien que vous soyez libre de décider des tarifs qui s’appliquent dans votre clinique, le syndic de l’Ordre tient à rappeler que les dentistes sont régis par leur code de déontologie. [...] Les dentistes doivent aviser leurs patients des frais qui leur seront facturés et [...] rappelons que ceux-ci doivent être justes et raisonnables, c’est-à-dire proportionnels aux services rendus et justifiés par les circonstances. »

Un montant trop élevé?

Un patient de la région de Sherbrooke, qui souhaite garder l’anonymat, se dit consterné par la situation. Après qu’on lui eut annoncé une augmentation de 25 $ pour son rendez-vous de soins annuel à venir, il exige qu’on lui explique les « mesures supplémentaires » qui lui seront facturées. Il considère qu’un montant de 5 $ à 10 $ aurait été plus approprié.

« Je trouve ça aberrant que ce soit si élevé. Les dentistes ont déjà des procédures d’hygiène assez importantes, il me semble. Si c’est pour compenser les pertes des derniers mois, je ne trouve pas ça normal. Je ne pense pas que c’est à nous de payer cette facture. Il y a des limites à profiter des gens », dénonce-t-il.

L’ACDQ encourage les gens à poser des questions et si une hausse leur semble démesurée, elle précise que les patients peuvent se tourner vers l’Ordre des dentistes du Québec pour porter plainte officiellement. 

« On a recommandé une hausse que l’on considère raisonnable. On ne le souhaite pas, mais s’il y a de l’abus, les patients ont des recours », a-t-on ajouté.

Si vous avez des questions ou si vous croyez avoir été victime de frais injustifiés ou abusifs, vous êtes invité à communiquer avec le Bureau du syndic de l’Ordre des dentistes du Québec au 514 875-8511, poste 2270.