Sabryna Mongeon, «le miracle de Noël», a rencontré le grand amour à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal. Son ami de cœur Jonathan Primeau et elle attendent un enfant.

Sabryna Mongeon bientôt maman

CHRONIQUE / La Gatinoise Sabryna Mongeon s’est courageusement accrochée à la vie dans la nuit de Noël de 2017. Le 5 novembre prochain, elle donnera la vie. « Le miracle de Noël », comme l’ont surnommée les médecins, deviendra maman d’un garçon.

« La date prévue était le 8 novembre, a dit sa mère, Sophie Robertson. Mais le 8 tombe la fin de semaine (un vendredi). Alors ils ont devancé l’accouchement au (mardi) 5 novembre afin que tous les médecins et les spécialistes y soient pour Sabryna, au cas où. Mais Sabryna va bien. Ça 'regarde' bien », a-t-elle ajouté d’un ton confiant.

Dans une entrevue exclusive accordée au Droit en septembre 2018, neuf mois après son grave accident, Sabryna Mongeon a dévoilé qu’elle avait rencontré l’amour de sa vie à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal, là où elle a habité pendant quatre mois pour se rétablir et apprendre à maîtriser ses prothèses de jambes et de bras.

Voici ce qu’elle avait répondu à la question « où te vois-tu dans cinq ou dix ans Sabryna ? » :

« J’ai hâte d’avoir un emploi. Je veux retourner aux études, j’ai vraiment le goût d’apprendre. Et je ne veux certainement pas rester à la maison à ne rien faire. J’ai hâte d’avoir ma petite famille, mes enfants. »

« J’ai rencontré quelqu’un au centre de réadaptation il y a quatre mois, avait-elle poursuivi. Il se nomme Jonathan (Primeau), il est membre des Forces armées canadiennes. Il était atteint d’une rare maladie auto-immune et il avait perdu l’usage de ses jambes pendant six mois. On a commencé à se parler, puis à se rapprocher. Un soir, on s’est embrassés. Et le lendemain, il s’est remis à marcher ! Depuis ce temps-là, nous sommes tout le temps ensemble. Il est très présent, il m’aide beaucoup. Il fait une grosse différence dans ma vie. Plein de questions me passaient par l’esprit. Vais-je intéresser quelqu’un un jour ? Est-ce que je pourrai fonder une famille ? Jonathan a répondu à toutes mes questions et à toutes mes inquiétudes. On parle de mariage, lui et moi, d’avoir des enfants. C’est le grand amour, vraiment. »

La semaine prochaine, les deux tourtereaux deviendront parents d’un garçon.

À souligner que Sabryna a suivi des cours à la clinique Parent-Plus du Centre Lucie-Bruneau à Montréal au cours des derniers mois afin d’être en mesure de prendre soin de son bébé. Ces cours sont dédiés aux futurs parents qui présentent une déficience motrice ou neurologique.

Sabryna Mongeon en compagnie d'un ami, lors de son shower de bébé.

L'accident

Sabryna Mongeon, rappelons-le, a été amputée de ses bras et de ses jambes à la suite d’un accident survenu dans la nuit de Noël, il y a un peu moins de deux ans. Lorsque la voiture qu’elle conduisait sur un chemin sinueux et enneigé entre Luskville et Gatineau a heurté un poteau d’Hydro Québec, elle en est descendue, elle a accidentellement posé le pied sur un fil d’électricité tombé au sol et elle a été électrocutée. La foudroyante décharge l’a projetée au sol, dans la neige et par un froid glacial, la laissant inconsciente pendant approximativement quatre heures avant qu’un passant l’aperçoive et lui porte secours. Elle a été transportée d’urgence à l’Hôpital de Hull, puis immédiatement transférée au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) où elle a été soignée à l’unité des grands brûlés pendant deux mois, subissant plus d’une dizaine d’interventions chirurgicales.

Une campagne de sociofinancement lancée quelques jours plus tard par sa sœur, Samantha Mongeon, a permis d’amasser tout près de 200 000 $. Cette générosité de milliers de gens a permis à Sabryna de s’acheter une maison adaptée à ses besoins et à sa condition, à Laval, près de chez son père.

« C’est grâce à tous ces gens qui ont généreusement donné si je me sens bien aujourd’hui et si je suis heureuse, a-t-elle dit lorsque rencontrée en septembre 2018. Leur amour et leur empathie ont fait toute une différence dans ma vie et ils peuvent en être fiers », a ajouté la future maman aujourd’hui âgée de 20 ans.