Jean-Paul Perreault, président d'Impératif français.

Rue Amherst : Impératif français presse Gatineau d'agir

Sans mâcher ses mots, le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault, accuse la Ville de Gatineau de se traîner les pieds depuis plusieurs années dans le dossier du changement de nom de la rue Amherst dans le secteur Hull.

La Ville de Montréal a profité de la Journée nationale des peuples autochtones vendredi dernier pour annoncer que la rue Amherst allait désormais porter le nom de rue Atateken, qui signifie « frères et sœurs » en langue mohawk. 

Il est reproché à Jeffrey Amherst, un ancien général de l’armée britannique, d’avoir utilisé des moyens biologiques pour exterminer des Autochtones dans les années 1760. Il leur aurait distribué des couvertures qu’il savait contaminées à la variole 

M. Perreault a indiqué qu’Impératif français milite pour un changement de nom à Gatineau depuis 2010. En 2011, le conseil municipal de Gatineau avait refusé le changement de toponymie.

« Si Gatineau avait accepté la demande d’Impératif français, elle aurait été la première ville québécoise à le faire. Mais non ! Toujours en retard et peureux, le conseil municipal de l’époque, tout comme celui d’aujourd’hui, puisque ce nom honteux est toujours affiché, avait préféré, par vote très majoritaire, renouveler son appui à ce criminel responsable de la première guerre bactériologique », a pesté M. Perreault dans un communiqué.

La Ville de Gatineau a indiqué dimanche qu’à ce jour il y a seulement eu de brèves discussions au Comité de toponymie à ce sujet, et que le Comité se penchera davantage sur la question dans les prochains mois. 

« Rappelons que, dans le plan de travail du Comité de toponymie, l’une des priorités est de donner plus de place aux toponymes autochtones. Cette avenue sera donc évaluée », a indiqué la Ville de Gatineau dans un courriel.

En entrevue avec Le Droit, dimanche, sur la rue Amherst, le président d’Impératif français a salué la décision de Montréal, tout en déplorant l’inaction à Gatineau.

« Chaque journée qui passe est une journée de plus où la Ville maintient cet hommage à un criminel de guerre. Et dire que nous sommes dans une période où l’on parle de réconciliation avec les peuples autochtones. Je ne vois aucune valeur de réconciliation et de rapprochement dans le maintien de ce nom », a partagé M. Perreault, qui réclame un changement de toponymie « sans tarder ».

Jean-Paul Perreault a rappelé que la Ville de Gatineau a retiré en 2015 les noms de rue de deux récipiendaires de Prix Nobel qui ont eu des liens avec le régime nazi d’Adolph Hitler.

Selon M. Perreault, la Ville a l’embarras du choix pour un nouveau nom. 

Il a indiqué que la Ville laisse dormir dans sa banque de noms des noms de personnalités qui ont joué un rôle extrêmement important dans le développement, la croissance et le rayonnement de l’Outaouais et de Gatineau.

« Aujourd’hui, le ridicule est encore une fois sur la Ville de Gatineau, et c’est tout à fait désolant. La Ville aurait pu être la première à faire preuve de grandeur », a lancé M. Perreault, regrettant que Gatineau rate ce rendez-vous depuis 2010.

M. Perreault souhaite que d’autres villes éliminent le nom Amherst de leur toponymie.