Le 1055, rue Principale à Saint-Boniface, fait l'objet d'une ordonnance de blocage.

Réseau de stupéfiants interprovincial démantelé: trois arrestations à Saint-Boniface

Trois-Rivières — Un réseau de distribution de stupéfiants opérant au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Ontario a été démantelé, mardi matin, par l’Escouade régionale mixte (ERM) Mauricie, en collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada et la Police provinciale de l’Ontario.

Les policiers ont procédé à cinq arrestations dont trois à Saint-Boniface concernant le trafic de stupéfiants, la possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic et complot. Les personnes arrêtées, quatre hommes et une femme, ont comparu, mardi, aux palais de justice de Shawinigan, de Rivière-du-Loup et de Gatineau. Il s’agit de Simon Pellerin, 36 ans, Pascal Lafrenière, 39 ans et Kathleen Bellemare, 33 ans, tous de Saint-Boniface. Les autres sont Mathew Arcand, 41 ans, de Delta, en Ontario, et Éric Aucoin, 38 ans, de Memramcook, au Nouveau-Brunswick. 

Les trois suspects de Saint-Boniface font face à des accusations liées aux stupéfiants. Ils ont été remis en liberté sous conditions. Ils doivent revenir devant la cour le 24 avril.

Éric Aucoin est un ancien avocat qui a été radié du Barreau du Nouveau-Brunswick en 2015. Le comité de discipline du Barreau l’avait reconnu coupable de 12 accusations de conduite répréhensible dont entrave à la justice. Selon Acadie Nouvelle, au nom d’un accusé qui était alors son client, Éric Aucoin avait offert 20 000 $ à la victime d’une attaque à l’arme blanche si elle acceptait de ne pas témoigner au procès. 

Selon la Sûreté du Québec, «ce réseau de distribution interprovincial écoulait principalement de la cocaïne et du haschich au Québec et au Nouveau-Brunswick». Cette opération a connu une première phase, le 24 octobre dernier, alors que les policiers avaient procédé à 16 perquisitions. En plus de Saint-Boniface, des résidences avaient notamment été visitées dans les municipalités de Saint-Roch-de-Mékinac et de Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

À ce moment-là, les policiers avaient saisi plus de 13 kg de cocaïne, plus de 37 kg de haschich, plus de 9 lb de cannabis, plus de 184 000 $ en argent canadien, une arme de poing, trois compteuses d’argent, du matériel relié au trafic et à la production de stupéfiants et du matériel électronique. De plus, trois véhicules avaient été saisis à titre de biens infractionnels. Une résidence de Saint-Boniface a aussi été saisie en vertu d’une ordonnance de blocage. 

L’opération découle d’une enquête amorcée en 2019. Elle a mobilisé une vingtaine de policiers de la Sûreté du Québec, de la Gendarmerie royale du Canada et de la Police provinciale de l’Ontario.

Rappelons qu’en raison de l’arrêt Jordan, les policiers ont maintenant l’habitude de procéder d’abord à des perquisitions afin de recueillir les preuves nécessaires sur les personnes impliquées. Ces dernières sont arrêtées plus tard. Cette façon de faire permet d’éviter que les accusés se soustraient à la justice à cause de délais trop longs.

Avec la collaboration de Nancy Massicotte