Le RSEQ n'a pas encore décidé du sort des sports universitaires sur les campus québécois l'automne prochain.
Le RSEQ n'a pas encore décidé du sort des sports universitaires sur les campus québécois l'automne prochain.

Reprise des activités: le RSEQ maintient sa position

Même si trois conférences de USPORTS ont annoncé en début d’après-midi lundi qu’elles annulent la tenue des sports universitaires pour la session d’automne en raison de la COVID-19, le RSEQ maintient sa position et assure être encore à l’analyse de la situation. Soit la même position adoptée depuis le début de la crise.

Les réactions ont été nombreuses depuis dimanche en fin d’après-midi, après que La Tribune eut dévoilé que les conférences de l’Ouest, de l’Ontario et des Maritimes se préparaient à annuler la pratique des sports universitaires pour la session d’automne.

« Notre position à cet égard n’a pas changé. Depuis le début de la pandémie, on est en mode évaluation. Et même si on se fait poivrer sur les médias sociaux à l’effet que le RSEQ ne prend pas de décision, on réitère qu’on ne peut pas.

« On se retrouve devant un fait accompli, oui, mais il faut préciser que 90 % des activités du RSEQ se déroulent sur le territoire québécois, le volume d’action est chez nous au Québec. Alors on pourrait quand même tenir des activités », a précisé le directeur général du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), Gustavo Roel.

Ce dernier dit comprendre la décision des trois autres conférences canadiennes qui gèrent le sport universitaire.

Même si, sur les médias sociaux, les gens contestent la rapidité avec laquelle a été prise cette décision.

« La santé publique a des paramètres au Québec qui ne sont pas nécessairement les mêmes qu’ailleurs. Il y a des conférences, comme dans l’Ouest, où les activités se déroulent sur quatre provinces. Alors oui, je peux comprendre que ça peut être compliqué de maintenir des activités. On comprend, donc, et on supporte la décision canadienne; à l’heure actuelle, on ne sait même pas si le déplacement entre les régions sera permis, alors pour ce qui est des voyages entre provinces, ça amène une couche de plus », a noté M. Roel.

« J’imagine que chaque conférence a fait ses démarches auprès de ses universités membres, pour en arriver à une décision semblable. De notre côté, aucune université du RSEQ ne nous a dit qu’elle ne serait pas participante l’automne prochain. Donc, on n’a pris aucune décision. On prendra des décisions au cas par cas, selon les disciplines. Il pourrait y avoir du cross country à l’automne, par exemple, parce que c’est une discipline individuelle, mais pas le football, car il n’y a pas de distanciation de deux mètres. Comment pourrait-on prendre une décision unilatérale pour différentes disciplines qui ne sont pas dans le même contexte, et qui ne sont pas affectées par les mêmes mesures sanitaires, et pour des universités qui ne se sont pas positionnées encore, de surcroît? » s’est questionné Gustave Roel.

Ce dernier martèle que le RSEQ n’est pas une institution décisionnelle. Et que le RSEQ va respecter les décisions prises par ses membres.

« Le premier mandat d’une institution d’enseignement, peu importe le niveau, c’est d’assurer la diplomation de ses étudiants. Et ces dernières se questionnent présentement sur le retour aux études, alors c’est tout à fait normal que la décision sportive ne soit pas prise, et on le comprend très bien. C’est pour ça qu’on travaille sur des scénarios, même sur le scénario d’avoir du football au printemps. Est-ce que c’est réaliste? Peut-être pas. L’utilisation des terrains est un enjeu. Les jeunes doivent aussi avoir assez de repos, puisqu’il y aurait une saison de football immédiatement à l’automne par la suite. Pour l’instant, les universités se questionnent à savoir quand les étudiants seront de retour en classe, et comment. »

Une décision mi-juillet

« On doit d’abord faire des consultations, sport par sport, pour connaître les différents délais. Au football par exemple, quel est le délai pour tenir un camp d’entraînement, pour confirmer les étudiants, etc. À la mi-juillet des décisions devraient être prises. On doit s’assurer que les étudiants puissent se diriger vers les universités, et quelle sera la mobilité possible à ce moment-là. Présentement au Québec, on peut se déplacer d’une région à l’autre, mais on ne peut pas s’intégrer dans une autre région. Donc comment on fait pour un étudiant qui part de Québec pour se rendre à Sherbrooke? »

« On rencontre la ministre déléguée une fois par semaine; chaque semaine, il y a beaucoup de questions, mais peu de réponses. La collaboration est très bonne, mais eux aussi apprennent selon l’évolution du contexte. Personne pour l’instant ne peut nous dire si la mesure de distanciation de deux mètres sera encore en vigueur à l’automne », a indiqué Gustave Roel.

Des impacts financiers

Le DG du RSEQ précise malgré tout qu’il est également possible que les universités du Québec fassent aussi l’impasse sur leur session sportive d’automne.

Mais pas pour suivre les actions des trois autres conférences, mais plutôt pour des motifs financiers, ou tout simplement à propos de la mobilisation étudiante.

« C’est possible que les universités du Québec annulent aussi leurs activités, mais ce sera davantage lié à leurs difficultés à mobiliser leurs athlètes, plutôt qu’en réaction à la décision des trois autres conférences et de l’annulation des compétitions au niveau canadien. La majorité des activités des équipes sportives universitaires du Québec se déroule ici, de toute façon. »

« La période de mars à mai, c’est la période où les programmes renflouent leurs coffres, avec entre autres des activités de financement, pour se permettre une ligue la saison suivante. Le contexte actuel ajoute un défi additionnel de financement. Et ils ne connaissent pas le nombre d’étudiants qui vont pouvoir se déplacer, ne connaissent pas la disponibilité des locaux, il y a plein de facteurs qui nourrissent leur réflexion. Avant même de savoir s’il y aura une saison, ces universités doivent savoir si l’étudiant sera assis en classe, et sinon, est-ce OK qu’il se présente à un match? »