Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Dr Louis Godin.

Réponse des médecins à Couillard: «On a pris un million de patients depuis 2014»

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec est furieux que le premier ministre sortant Philippe Couillard pointe à nouveau les médecins de famille pour expliquer les difficultés à donner accès aux soins de première ligne.

« Trouvez une place où ça s’est le plus amélioré dans le système de santé ces dernières années et c’est certainement l’accès à un médecin de famille, lance le Dr Louis Godin. On a pris plus d’un million de patients depuis 2014, le taux d’assiduité est là, on a amélioré la situation de façon indéniable. On se serait attendu à un autre discours. »

Lire aussi: Supercliniques: Couillard pointe les médecins

Rappelons qu’en table éditoriale à La Tribune mercredi, dans le cadre de la campagne électorale, Philippe Couillard a pointé les médecins et ressorti la menace de la loi 20 pour obliger les omnipraticiens à collaborer notamment dans l’implantation de 25 supercliniques supplémentaires dans la province.

Le chef libéral a martelé que le modèle des supercliniques, et particulièrement le fait qu’elles soient ouvertes 12 heures par jour, 7 jours par semaine, ne pouvait pas être dilué. Il a ajouté qu’avec tout l’argent que l’État mettait dans la santé, la population était « en droit d’avoir des résultats, autant dans la couverture par les médecins de famille que dans la capacité d’obtenir des consultations en dehors des heures régulières ailleurs qu’à la salle d’urgence ».

« Je ne dirais pas que la situation est parfaite, réplique le Dr Godin, mais ce n’est pas avec des menaces et des mesures discriminatoires qu’on va y arriver. La prémisse qu’on ne fait pas notre part ou qu’on est paresseux, comme j’entends parfois sur le terrain, ça ne passe pas. »

Pour le Dr Godin, les omnipraticiens ont pris des responsabilités supplémentaires et travaillent d’arrache-pied.

En Estrie, ils ont atteint la cible de 85 % de clientèle inscrite édictée par Québec et dépassent largement celle de 80 % en termes de taux d’assiduité, fait-il valoir.

« La côte était longue à remonter, mais on a fait un méchant bout, dit-il.

« Si le rythme de prise en charge a ralenti, c’est peut-être parce qu’on n’a plus la capacité d’en prendre plus. »

Bouder la profession

Il faut maintenant que le gouvernement fasse lui aussi son bout de chemin, selon le Dr Godin, qui prévient que les menaces de sévir contre les médecins desservent au contraire le système.

« En arrière de tout ça, il y a un manque de médecins de famille et il s’est exacerbé au cours des deux dernières années parce que les étudiants boudent la médecine familiale à cause du discours des politiciens, observe-t-il.

« Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, il manque 450 médecins de famille au Québec et cette année, ça va être beau si on réussit à en avoir 100. »

Prenant bien garde de personnaliser le débat, alors que Philippe Couillard a annoncé son intention de confier le ministère de la Santé à Gertrude Bourdon plutôt qu’à Gaétan Barrette dans un éventuel gouvernement libéral, le Dr Godin assure que les médecins continueront de travailler très fort pour soigner la population.

« Notre objectif est toujours que tous les Québécois qui en veulent un aient accès à un médecin de famille. En sachant qu’en même temps il faut s’occuper des urgences, des opérations, des CHSLD, des soins à domicile... et des supercliniques.

« Sauf qu’à essayer de gérer un système de santé par la coercition, on n’arrivera à rien. Il faut s’asseoir et écouter ceux qui donnent les soins. »

En avril 2018, le guichet d’accès à un médecin de famille pour la région de l’Estrie comptait 26 700 patients orphelins, même si 35 200 personnes avaient nouvellement été prises en charge dans la dernière année.