René Kègle

René Kègle est cité à procès

TROIS-RIVIÈRES — Non seulement Rene Kègle a-t-il été cité à subir son procès sur des chefs de meurtre et tentative de meurtre mais une nouvelle accusation a également été autorisée contre lui pour séquestration.

Au terme d’une enquête préliminaire qui a duré quatre jours, le juge Jacques Trudel a conclu que la preuve était suffisante pour que René Kègle soit renvoyé à subir un procès pour le meurtre d’Ophélie Martin-Cyr et pour une tentative de meurtre contre une autre jeune fille dont on doit protéger l’identité.

Dans le cas de l’accusation de meurtre au premier degré, le renvoi n’était pas contesté par l’avocate de la défense, Me Anne-Sophie Bédard, contrairement au chef de tentative de meurtre. Or, le tribunal a retenu que la preuve était suffisante pour justifier la tenue d’un procès devant jury sur ce chef également. Tout au plus, une modification a été apportée au libellé de sorte qu’on accuse maintenant Kègle d’avoir tenté de causer la mort de la jeune fille en utilisant une arme à feu et non en déchargeant une arme.

Quant à la nouvelle accusation, elle fait suite à une demande de Me Larouche. Au départ, il avait demandé au juge l’autorisation de porter neuf nouvelles accusations mais il a finalement été convenu, après discussions, qu’une seule serait autorisée, soit celle d’avoir séquestré Ophélie Martin-Cyr et son amie lors de cette nuit funeste d’octobre 2018. «Elle a été ajoutée à ma demande pour rendre toutes les accusations conformes à la preuve qui a été faite par les différents témoignages au cours de l’audition de cette semaine», a précisé Me Larouche. Bien que le juge ait autorisé la Couronne à porter cette nouvelle accusation, cela ne signifie pas automatiquement qu’elle sera déposée à l’ouverture du procès. Cette décision relève de la Couronne.

Plus tôt dans la journée, la jeune Shanny Haley a pour sa part livré un témoignage ponctué de sanglots sur les liens qu’elle entretenait avec René Kègle et les événements dont elle avait été témoin dans cette affaire. La jeune femme de Champlain est également accusée de complicité après le fait pour le meurtre de Jean-Christophe Gilbert. C’est Me Martine Tessier, procureure de la Couronne, qui s’est chargée de l’interroger. Notons par ailleurs qu’une ordonnance de non-publication nous empêche de rapporter le contenu de son témoignage à ce stade des procédures.

Maintenant que René Kègle a été cité à subir un procès, son dossier a été reporté au 6 septembre pour le prochain terme des assises. Un échéancier sera ensuite mis en place en vue d’un éventuel procès devant jury. Quant aux autres accusations portées contre lui pour les meurtres de Steve Lamy et Jean-Christophe Gilbert, des enquêtes préliminaires ont été fixées en septembre et décembre.