Une firme d’avocats intente un recours collectif de 60 millions contre OC Transpo.

Recours collectif de 60 millions $ contre OC Transpo

Une firme d’avocats intente un recours collectif de 60 millions contre OC Transpo, une semaine après l’accident ayant fait trois morts à la station Westboro du Transitway, à Ottawa.

La firme, Merchant Group LLP, confirme avoir déposé sa demande de recours collectif jeudi, à la Cour supérieure de l’Ontario, au palais de justice d’Ottawa.

La requête vise OC Transpo et la Ville d’Ottawa, pour dommages moraux et compensation financière pour les passagers de l’autobus 269 qui a percuté la marquise de la station, à 15h50.

La demande de recours collectif veut rallier les victimes, mais aussi les familles des personnes décédées, et les passagers qui ont eu plus de chance, en s’en sortant indemne physiquement.

«Ce recours collectif inclut certaines allégations voulant qu’il y ait eu des lacunes sur le plan de la sécurité dans la conception et les opérations dans le système de transport en commun à Ottawa», lit-on dans la présentation de la firme.

Les citoyens qui désirent s’inscrire à cette demande de recours collectif peuvent s’inscrire en ligne, sur le site de la firme.

+

MANCONI DÉFEND LES AUTOBUS À DEUX ÉTAGES

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, a envoyé une note de service aux membres du conseil municipal d’Ottawa, vendredi, pour les rassurer quant à la sécurité des autobus à deux étages.

Cette note a été rédigée en réaction à un reportage du Ottawa Citizen à propos d’une enquête menée en 2007 par le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) pour « évaluer la maniabilité et le rendement par temps froid d’un autobus à deux étages du fabricant Alexander-Dennis », modèle acheté par OC Transpo un peu plus tard.

Bien qu’ils semblent inquiétants, M. Manconi soutient que les résultats de l’étude du CNRC « devaient être utilisés pour faire la preuve que le véhicule se prêtait aux conditions météorologiques d’Ottawa et qu’il était sécuritaire et fiable en toute saison ».

Le rapport concluait également que « le rendement de l’autobus sur une chaussée recouverte de neige ne devrait pas être une préoccupation dans la décision de la Ville », souligne John Manconi. Le CNRC proposait que certaines modifications aux autobus afin que leur performance soit optimale dans des conditions hivernales et le directeur général d’OC Transpo assure que ces recommandations ont été mises en application.

+

UN GESTE « PRÉVISIBLE » SELON WATSON

Le recours collectif de 60 millions $ intenté contre OC Transpo et la Ville d’Ottawa était prévisible, estime le maire Jim Watson.

«C’est une tradition quand il y a un gros accident comme ça. Ce n’est pas une surprise parce qu’on a vu ça dans tous les cas de grands accidents, non seulement à Ottawa, mais partout dans le monde», affirme le maire d’Ottawa précisant qu’il ne peut pas commenter plus étant donné les procédures judiciaires.

Le greffier de la Ville d’Ottawa, Rick O’Connor, souligne également qu’il fallait s’attendre à un recours juridique de la sorte. Dans un message envoyé au conseil municipal et aux membres citoyens de la Commission du transport en commun, il ajoute que plusieurs autres poursuites pourraient suivre.

«Reconnaissant la probabilité de réclamations qui pourraient être formulées à la suite de cette collision, les assureurs de la Ville ont reçu des avis et des experts externes en assurance de la Ville ont été engagés», précisant également que la police d’assurance automobile de la Ville s’applique dans ce cas et que la municipalité ne paie qu’un maximum de 6 millions $, si un jugement la forçait à dédommager des victimes de la collision.

Une semaine s’est écoulée depuis que l’autobus 269 a heurté de plein fouet la marquise de la station Westboro à 15h50 faisant trois morts et 23 blessés. Le maire de la capitale confirme que l’enquête suit son cours et que le travail pourrait être long avant de connaître les causes de l’accident.