Les prochains jours seront spectaculaires avec la floraison des pommiers le long de la Route des champs en Montérégie.

Quand les pommiers s’offrent en spectacle

CHRONIQUE / Pour une première sortie, pour le réveil du cycliste, pourquoi ne pas célébrer le printemps en fleurs? Et pas à peu près!

À ce temps-ci de l’année, la piste cyclable La Route des champs, en Montérégie, offre un spectacle visuel et odorant hors du commun. Les pommiers sont en fleurs et montrent leurs plus beaux atours aux cyclistes.

On ne peut résister à prendre une pause pour admirer le paysage d’un blanc immaculé à perte de vue. Le trajet s’annonce zen et champêtre.

Ce n’est là qu’un des attraits de la Route des champs qui va de Marieville à Granby sur une distance de 44 kilomètres. Qui dit Montérégie, dit relief assez plat. Cela se reflète évidemment dans ce tracé fort agréable aménagé sur une ancienne voie ferrée. Les moins aguerris n’auront pas à affronter des dénivelés importants.

La région de Rougemont permet de prolonger le plaisir en offrant des tables de dégustation des produits de la pomme. C’est aussi le pays des jus Oasis. À l'automne,  l'odeur sucrée des pommes a de quoi motiver les cyclistes.

Je suggère de stationner la voiture à Saint-Paul-d'Abbotsford, au terrain des loisirs le long de la 112. On prend la piste asphaltée en direction ouest. En cas de vent, vaut mieux l’avoir de face pour débuter et de dos pour revenir.

On arrivera au bout de quelques kilomètres à Saint-Césaire, où une charmante petite halte et de l’ombre vous attendent.

On poursuit ensuite en ligne droite vers Rougemont. La piste, qui était avant sur poussière de roche à la limite de la municipalité, a été asphaltée il y a quelques années. Une bénédiction. La Route des champs peut se vanter maintenant d’être recouverte de pavage sur près de 90 pour cent du parcours.

Ce n’est qu’une fois dépassé Marieville qu’on retrouvera le petit gravier. En roulant dans cette municipalité, on doit demeurer attentif, car les indications sont plus rares. Le tronçon est urbain.

On atteindra Richelieu, où en théorie la piste cyclable prend fin. Mais ce n’est pas tout. S’il nous reste un peu d’énergie, on doit poursuivre vers Chambly. Les indications nous font suivre différentes rues et traverser la rivière Richelieu le long de la 112. On prendra ensuite la magnifique rue de Richelieu, qui fait découvrir le Chambly cossu et privé.

On aboutit au Fort Chambly, lieu historique qu’on peut visiter. C’est aussi possible d’utiliser les toilettes. Autour du fort, un immense parc est à la disposition des visiteurs. Idéal pour un pique-nique en famille. Des restaurants avec terrasses et vue sur le bassin de Chambly attendent les cyclistes.

Les plus sportifs pourront prolonger le plaisir vers deux autres pistes cyclables reliées à la Route des champs. On peut choisir de rouler le long du Canal de Chambly vers Saint-Jean-sur-le-Richelieu. Ou on mettra le cap vers Longueuil, via la Montée du chemin Chambly.

Ceux qui veulent accumuler moins de kilomètres peuvent aller vers Granby, où la piste prend fin à la rue Simonds. Toutefois, un trajet permet d’accéder aux pistes cyclables L'Estriade et La Montérégiade.

Lien : tourismecoeurmonteregie.ca/velo/

Mon truc du dimanche :

Le poids du vélo peut faire la différence entre une randonnée agréable et une autre qui nous fera abandonner ce loisir. Je vous suggère de vous délaisser de tout ce qui est inutile sur votre bécane, comme les sacoches vides et même la béquille. Aussi, avez-vous vraiment besoin  d’amortisseurs sur la fourche avant?

Du lundi au dimanche:

Les activités en ce Mois du vélo sont toujours nombreuses.  On me signale la conférence « Histoire du vélo, chronologie et anomalies » par Pierre Bernier, alias Piero Vélo. Décrit comme un « fanatique du vélo depuis son enfance », il l’utilise pendant les quatre saisons depuis 1977. C’est mardi de 18h30 au 850 de l’Avenue de Salaberry è Québec. Info : www.facebook.com/events/2010036919291985/