Daniel McKay a écopé d'une sentence de près de deux ans de prison jeudi.

Près de deux ans de prison pour avoir drogué et volé ses victimes

Un homme qui droguait ses victimes pour les voler pendant qu’elles étaient inconscientes a reçu une peine de près de deux ans de prison, jeudi à Gatineau.

Daniel MacKay, 35 ans, organisait des rendez-vous avec des hommes en utilisant des applications de rencontres pour adultes.

La police de Gatineau a arrêté le suspect en janvier, après avoir reçu des plaintes d’utilisateurs d’applications mobiles comme Grindr et Gay411.

M. MacKay se rendait chez ses victimes et versait subtilement du GHB dans les consommations de ses victimes.

Sans commettre de crime de nature sexuelle, il s’emparait de biens appartenant à ses victimes et prenait la fuite. M. MacKay volait des bijoux, des cartes de crédit, des vélos, des ordinateurs ou d’autres appareils électroniques. Ce matériel devait lui fournir de l’argent pour assouvir sa dépendance aux drogues.

Les hôtes se réveillaient seules, et remarquaient qu’elles avaient été victimes de cambriolage. D’ailleurs, le juge Richard Meredith, de la Cour du Québec, a rappelé que ces événements étaient traumatisants pour les victimes.

Pendant son enquête, la police de Gatineau avait dit chercher d’autres victimes. Pour certains hommes, il aurait été difficile de parler aux autorités puisqu’elles n’étaient pas confortables à l’idée d’aborder leur homosexualité.

Bien que le dossier soit clos, les autorités policières demeurent disponibles pour entendre d’éventuelles nouvelles victimes.

L’accusé n’avait pas d’antécédents judiciaires, et était « sans histoire » jusqu’à ce que sa dépendance le fasse tomber dans un cycle infernal.

Sur les applications de rencontres, M. MacKay utilisait d’autres prénoms comme Stéphane, Craig, Dan ou Stephen.

Daniel MacKay doit fournir un échantillon de son ADN. Il ne pourra pas posséder d’arme pendant 10 ans. 

À sa sortie de prison, il devra observer une période de probation de trois ans pendant laquelle il devra suivre une thérapie pour soigner sa toxicomanie.

L’intoxication au GHB provoque entre autres une sensation d’ivresse, l’absence soudaine d’inhibition, une vision rétrécie, la perte d’équilibre, et des frissons.

Une personne qui se croit sous l’emprise du GHB contre son gré doit tenter de demander de l’aide chez un voisin de confiance ou dans un commerce.