La glace recouvrant la rivière Sainte-Anne est d’une épaisseur variant entre 20 et 22 pouces, et ce, au grand plaisir du président de l’Association des pourvoyeurs, Steve Massicotte.

Petits poissons des chenaux: «Nous sommes choyés par le froid»

Sainte-Anne-de-la-Pérade — En plus d’avoir permis de lancer à temps la pêche aux petits poissons des chenaux, l’arrivée de l’hiver ainsi que la vague de froid extrême qui a frappé le Québec au cours des derniers jours assurent aux pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne que la présente saison de pêche se déroulera sans anicroche.

En raison de l’épais couvert de glace qui recouvre présentement le cours d’eau à la hauteur de Sainte-Anne-de-la-Pérade, le président de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne, Steve Massicotte, est même en mesure d’avancer qu’un possible épisode de redoux n’aurait aucun impact négatif sur le bon déroulement des activités qui se poursuivront pour encore plusieurs semaines.

«Nous sommes choyés par le froid. Ça va super bien jusqu’à maintenant. Nous avons dû changer les lames sur les scies mécaniques qui servent à faire les trous dans la glace pour la pêche. La glace est rendue d’une épaisseur entre 20 et 22 pouces. Elle est donc très sécuritaire et nous sommes blindés pour le reste de la saison», explique-t-il avant d’ajouter que les pourvoyeurs doivent habituellement procéder au changement des lames des scies mécaniques vers la troisième semaine de janvier.

«C’est un heureux problème», indique-t-il.

Présentement, M. Massicotte estime à entre 10 et 15 % le taux d’inoccupation des cabanes.

«Ça se compare à l’an dernier qui a été une très bonne année. C’était bon hier (mardi) et c’est encore le cas aujourd’hui (mercredi). Ça s’annonce très bien pour le week-end. Mais notre taux d’inoccupation nous permet d’accueillir les gens qui se lèvent le matin et qui décident de venir à la pêche», précise le président de l’Association des pourvoyeurs. 

Des cabanes très chaudes!

Les pourvoyeurs tiennent également à rassurer les clients potentiels sur le fait que leurs installations permettent de s’adonner à la pêche au poulamon à l’intérieur de cabanes spécialement conçues pour cette activité, contrairement à la pêche blanche, qui se pratique généralement à l’extérieur.

«Le froid extrême repousse peut-être quelques fois les gens qui ne savent pas que ça se passe dans les chalets et qu’ils peuvent même pêcher en camisole parce que c’est très chaud à l’intérieur», lance M. Massicotte.

Bien plus que de la pêche

Comme c’est le cas depuis déjà plusieurs années, le village de cabanes aménagé sur la rivière sera animé par de nombreuses activités organisées dans le cadre du Festival de pêche aux petits poissons des chenaux. Cette activité hivernale, qui a en quelque sorte permis à Sainte-Anne-de-la-Pérade de se forger une renommée, célèbre par ailleurs son 80e anniversaire. Pour cette occasion, plusieurs nouveautés s’ajoutent à la programmation habituelle. Dans le cadre de la cinquième édition de la Randonnée du pêcheur, un rendez-vous de motoneiges anciennes, le festival accueillera notamment Jacques Villeneuve, le 20 janvier. Le 3 février, le festival fera revivre aussi une tradition des années 1950, le grand défilé, qui se déroulera sur la rivière avec chars allégoriques, personnages et musique.