Les coûts du pavage et d’asphaltage des rues ont augmenté de 250%.

Pavage à Saguenay: jusqu'à 325% plus cher

Le Service des travaux publics de Saguenay a eu toute une surprise en recevant les soumissions pour les travaux de pavage, d’asphaltage et de réfection des trottoirs et bordures. Les soumissionnaires ont fait exploser leurs prix de 175 % à 325 %, une augmentation déraisonnable et injustifiée, estime la Ville, qui se voit forcée de retourner en appels d’offres. Les travaux de réfection encaisseront donc un retard d’un mois, minimum.

Les conseillers municipaux Michel Potvin, Michel Tremblay, Jean-Marc Crevier et Raynald Simard ont tenu un point de presse, quelques minutes avant la séance du conseil de ville, lundi soir, afin d’expliquer la situation. Les conseillers parlent d’augmentations injustifiées et surtout inexplicables.

« Pour ce qui est du pavage et du planage des routes et des rues, les coûts ont augmenté de 250 %, ça n’a pas d’allure. Pour ce qui est des bordures et des trottoirs, les soumissionnaires ont augmenté leurs prix de 325 % et 250 %. On se pose de sérieuses questions », a affirmé le conseiller et grand argentier de Saguenay, Michel Potvin.

La Ville s’attendait à une augmentation tournant autour de 15 % (augmentation des salaires, du coût du bitume, etc.), pour une enveloppe totale de 18 millions de dollars. « Nous avions budgété une augmentation, mais jamais on ne s’attendait à une telle hausse. Assez, c’est assez ! Nous allons retourner en appels d’offres et demander aux soumissionnaires de retourner faire leurs devoirs », a ajouté le président de la Commission des travaux publics de Saguenay, Michel Tremblay.

Les entreprises ont soumissionné 325 % plus cher que l’an dernier pour les bordures, alors que les coûts de pavage et d’asphaltage des rues, de même que des trottoirs, ont augmenté de 250 %.

Questionnés sur une possible explication de cette hausse faramineuse, les quatre conseillers n’ont pas voulu s’avancer. « Disons que ça me fait penser à ce que nous avons vu durant la Commission Charbonneau », a toutefois dit Jean-Marc Crevier.

Les conseillers n’ont pas voulu dire combien de soumissionnaires avaient répondu à l’appel d’offres, mais qu’il n’y en « avait pas des tonnes ». Il s’agit toutes d’entreprises régionales.

« Les travaux seront évidemment retardés, car nous n’avons pas le choix de retourner en appels d’offres. On regarde également d’autres options. On ne peut pas payer des augmentations de la sorte, qui sont, de toute façon, déraisonnables. C’est certain que les travaux seront retardés d’au moins un mois », a affirmé Michel Tremblay, qui demande à la population d’être compréhensive.

« Si ça ne change pas, on pourrait même demander à la population si on n’attendrait pas à l’année prochaine pour les travaux », a-t-il ajouté.

Pour les trottoirs, on parle d’augmentation de 250%.

Rangs

Les rangs sont épargnés par cette situation, puisque ce sont les travailleurs de la municipalité qui s’en chargent et les travaux se font en régie interne. On parle d’augmentation de 4 % à 12 % dans le cas des rangs.

« Et c’est le même asphalte », a affirmé Michel Potvin.