Le propriétaire du Vignoble Bromont, François Vaes, s’attend à «une excellente saison».
Le propriétaire du Vignoble Bromont, François Vaes, s’attend à «une excellente saison».

«On s’attend à une vendange exceptionnelle»

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
La période des vendanges s’amorce dans la région, pour le plus grand plaisir des amateurs de vins et des vignerons, et elle s’annonce fructueuse autant pour la qualité des raisins que pour l’achalandage.

En ces temps particuliers, la formule varie d’un vignoble à l’autre. La Route des Vins de Brome-Missisquoi propose donc une liste de l’état des activités dans les différents vignobles de son territoire, que ce soit pour vivre l’expérience immersive des vendanges, s’immiscer dans les coulisses de la préparation lors de visites guidées ou déguster les produits du terroir avec une vue imprenable sur les installations.

La Route des vins de Brome-Missisquoi relie 20 vignobles sur un parcours de 140 kilomètres dans les Cantons-de-l’Est, qui représentent à eux seuls 60% de la production viticole du Québec.

Vigneron d’un jour

Au Domaine du Ridge, à Saint-Armand, une quarantaine de personnes pourront participer aux vendanges les samedis 12, 19 et 26 septembre, selon la méthode traditionnelle, en réservant leur place. Toutefois, la cérémonie du Fouloir, fête lors de laquelle une quarantaine de femmes piétinent le raisin au rythme des notes mélodieuses d’un accordéon en buvant du vin rosé, ne sera pas reconduite. 

«On a beaucoup réfléchi, ça nous fait mal au cœur de devoir la suspendre pour cette année, mais avec les règles et les restrictions, ce n’était pas le climat propice pour faire cette activité-là», explique le directeur général, Julien Lavallée. Selon la tradition orale d’origine française, si ce sont des hommes qui foulent le raisin, le vin tournera en vinaigre. «En 24 ans, on n’a jamais pris de chance !», lance-t-il rieur.

Au Château de cartes, vignoble et cidrerie, les vendanges sont entamées depuis le 31 août. «C’est une saison vraiment hâtive. Je n’ai jamais, jamais commencé en août», affirme le propriétaire, Séphane Lamarre, qui a prévu une journée (le 12 septembre) pour célébrer les vendanges avec le public en leur faisant vivre les différentes étapes en petits groupes. Les 20 places ont été réservées en seulement quelques heures.


« Avec les sécheresses qu’on a eues en juin-juillet — la vigne adore quand il ne pleut pas —, avec un automne qui s’annonce idéal, on s’attend à une vendange exceptionnelle. »
Julien Lavallée, directeur général du Domaine du Ridge

Durant deux fins de semaine, les 19-20 et les 26-27 septembre, le Vignoble Domaine Bresee à Sutton accueillera 25 personnes par jour pour prendre part aux vendanges. La journée inclut la cueillette du raisin, le dîner, une bouteille de vin et un verre souvenir, sur réservations.

Au Vignoble Bromont, c’est une tradition qui réunit la famille, les amis et les clients fidèles, mais les places sont limitées et une réservation est nécessaire pour y prendre part. «C’est l’automne, c’est la nature, la récolte. C’est d’époque : en France, ils ont toujours ramassé le raisin comme ça avec les habitants autour dans la vallée du vignoble. On répète un peu ça, c’est féérique», soutient le propriétaire, François Vaes.

Une cuvée prometteuse

La douceur du printemps suivie du temps chaud et sec de l’été laisse croire au vigneron copropriétaire du vignoble de l’Orpailleur, situé à Dunham, Charles-Henri de Coussergues, que la récolte sera bonne en qualité et en quantité. «Dame Nature a été généreuse en nous offrant plusieurs vagues de chaleur et de nombreuses heures d’ensoleillement», note-t-il.

«Avec les sécheresses qu’on a eues en juin-juillet — la vigne adore quand il ne pleut pas —, avec un automne qui s’annonce idéal, on s’attend à une vendange exceptionnelle», avance le directeur général du Domaine du Ridge.

Cette année sera «au-dessus de la moyenne» en quantité et en qualité, avance Stéphane Lamarre, qui estime que cette cuvée est la meilleure depuis 2012 et 2006 avant cela. «Ça donne une idée à quel point c’est rare que ça arrive», note-t-il.