Neuf mois de prison pour avoir abusé de sa petite-fille

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Condamné à neuf mois de détention pour avoir abusé sexuellement de sa petite-fille, un grand-père de 75 ans d’Alma a pris le chemin de la prison de Roberval, mercredi matin.

Les actes reprochés à l’individu remontent à un soir du mois de juin 2016. La petite-fille, qui avait 11 ans, passait quelques jours chez ses grands-parents lorsque l’agression s’est produite. La procureure de la Couronne au dossier, Me Nicole Ouellet, a expliqué que l’enfant se trouvait dans une tente, au sous-sol, lorsque le grand-père s’est déshabillé et s’est étendu, nu, à côté d’elle. L’homme n’a pas touché directement sa petite-fille, mais il a éjaculé sur le dos de la jeune fille avant de repartir.

Ce n’est que deux ans plus tard que la jeune fille a décidé d’en parler. Elle a dénoncé son grand-père à ses parents en 2018 et l’homme a été accusé.

Le grand-père devait subir son procès mercredi, mais il a finalement plaidé coupable devant le juge de la Cour du Québec, Pierre Lortie, admettant les gestes relatés par la Couronne.

Me Nicole Ouellet a précisé que cet épisode semblait être un geste isolé et surtout inexpliqué, puisqu’il n’y a pas eu d’abus commis avant ou après et que l’individu n’a aucun casier judiciaire ni le profil d’un agresseur sexuel.

«Tout de même, c’est un acte grave, un abus de confiance. Comment pensez-vous que cette jeune fille s’est sentie?», a soulevé la procureure de la poursuite.

Une peine de neuf mois de détention a été proposée au juge Lortie par la Couronne et la défense.

L’avocate de l’individu, Me Roseline Bouchard-Zee, a souligné que son client éprouvait des remords et qu’il avait fait du cheminement depuis les événements, qu’il n’arrive toujours pas à comprendre, selon son avocate.

L’homme ne s’est pas adressé au tribunal.