Dany Lessard poursuit son combat contre l’obésité, lui qui a perdu 185 livres en 10 mois.

Maladie chronique: un ex-obèse interpelle le premier ministre

L’ex-obèse Dany Lessard poursuit son combat. Il interpelle maintenant le premier ministre François Legault pour que l’obésité soit reconnue comme une maladie chronique et que des programmes de prévention soient mis sur pied.

Dany Lessard est patient partenaire pour Réseau d'action en santé cardiovasculaire, associé à la Clinique 180. Récemment, il s'est rendu à l’Assemblée nationale et il a pu rencontrer des élus pour les conscientiser à la cause de l'obésité. Mais depuis, il n’a pas eu de nouvelles.

« On a serré beaucoup de mains et les députés rencontrés se sont montrés ouverts à ce combat. Mais depuis, c’est silence radio », déplore celui qui a perdu 185 livres en 10 mois grâce à une chirurgie bariatrique. Il a ensuite subi une intervention pour l’ablation des surplus de peau. Maintenant que ces épreuves sont derrière lui, le jeune homme souhaite conscientiser la population et pousser les élus à agir.

Il interpelle d’ailleurs le premier ministre François Legault à ce sujet, à qui il a envoyé une missive.

« Mon intention n’est pas de promouvoir la maigreur, mais la santé ! L’obésité est un facteur de risques très important pour plusieurs maladies. Avant l’âge de 10 ans, déjà je souffrais de cholestérol, avant l’âge de 25 ans, je souffrais d’apnée du sommeil ainsi que de la maladie du foie gras. Et là, je passe sous silence tous les contrecoups psychologiques, la stigmatisation, les douleurs aux articulations, les pertes d’énergie. Dans mon cas, j’ai préféré m’endetter et débourser 15 000 $ afin d’éviter les temps d’attente en chirurgies bariatriques qui peuvent s’étendre jusqu’à cinq ans au Québec. Même si je crois que la chirurgie m’a probablement sauvé la vie, mon intention n’est pas de promouvoir la chirurgie bariatrique, car il s’agit d’une démarche de dernier recours. Bien au contraire, je suis convaincu que nous pourrions l’éviter dans plusieurs cas », a expliqué Dany Lessard.

« L’obésité est évidemment multifactorielle. En ce qui me concerne, j’assume pleinement ma part de responsabilités dans mon parcours où mon poids avait dépassé les 350 livres ; toutefois je crois que le gouvernement du Québec a une part de responsabilité aussi. Je pense sincèrement qu’avoir eu plus facilement accès à de l’aide professionnelle, dans un délai humainement raisonnable, des mesures de sensibilisation efficaces, ainsi qu’un accès facile, rapide et fiable à de l’information sur le sujet, ça aurait changé ma vie », a ajouté celui qui se qualifie d’« obèse à vie », en raison de son combat quotidien pour ne pas retomber en surpoids.

Dany Lessard cite également l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui dit que « l’obésité coûte chère, mais sa prévention est payante. Chaque dollar dépensé génère jusqu’à six dollars de rendement de l’investissement ».

Dany Lessard espère maintenant que son message soit entendu jusqu’au bureau de M. Legault.