Frédéric Beaudoin.

Leurre de 25 adolescentes: trois jours d’audition pour la peine de Beaudoin

Trois jours d’audition seront nécessaires pour déterminer de la peine à imposer à Frédéric Beaudoin.

L’accusé de Magog a été incarcéré en janvier après avoir été reconnu coupable de leurre informatique auprès de 25 adolescentes au début du mois de décembre 2017.

Lire aussi: Leurre informatique : Frédéric Beaudoin subit son procès

Frédéric Beaudoin conteste sa déclaration

Frédéric Beaudoin aurait contacté d'autres adolescentes

Beaudoin a plaidé coupable à une accusation de voyeurisme soit d’avoir filmé une jeune femme à son insu à la fin mars.
La juge Hélène Fabi de la Cour du Québec a retenu, mercredi. les 1, 2 et 3 octobre prochain pour les observations sur la peine.
« Sur la preuve à administrer, il y a au moins cinq personnes peut-être six personnes qui veulent se faire entendre », explique la procureure aux poursuites criminelles, Me Joanny Saint-Pierre.
L’avocat de la défense Me Guy Plourde contestera les peines minimales qui doivent être imposées dans les divers dossiers à caractère sexuel. Selon le Code criminel, le leurre informatique est passible d’une peine minimale d’une année de prison pour chacune des victimes.
«Le requérant accusé soutient que dans son cas particulier, l’application des peines minimales et consécutives constitue une peine cruelle et inusitée (...) par son effet exagérément disproportionné», souligne Me Plourde dans sa requête déposée au dossier de la Cour.
L’avocat du procureur général du Québec Me Jean-Yves Bernard était présent au palais de justice de Sherbrooke.
Beaudoin a utilisé la messagerie privée Messenger de Facebook pour solliciter les victimes. L’accusé demandait aux adolescentes de venir garder, alors qu’il n’a pas d’enfant. Il tentait aussi de les attirer sous prétexte de venir faire du ménage chez lui ou de leur vendre des cellulaires.