Les équipes d’Ambulance de l’Estrie utilisent depuis l’an dernier de véhicules « prototypes » offrant plus d’espace dans le module de soin.

Les nouveaux véhicules ambulanciers testés à fond cet hiver

L’hiver qu’on vient de connaître en Estrie a permis de tester à fond les nouveaux véhicules ambulanciers basés sur une camionnette Ford F-350.

« Nos nouveaux véhicules ont été très utiles », opine Jean-François Pellerin, directeur des opérations chez Ambulance de l’Estrie. « On a eu l’hiver pour ça ! »

À lire aussi: Des prototypes d’ambulances à l’essai

« Nous les avons mis sur la route quand on annonçait des tempêtes. Ils se débrouillent mieux dans les conditions difficiles, car ils sont quatre roues motrices et à cause du poids plus élevé du véhicule aussi. »

Rappelons que les équipes d’Ambulance de l’Estrie utilisent depuis l’an dernier six nouveaux véhicules « prototypes », en plus de ceux basés sur un châssis d’une fourgonnette. Ceux-ci sont susceptibles d’offrir un meilleur confort aux patients transportés et plus de latitude pour les ambulanciers paramédics. La suspension du véhicule y contribue, de même que l’environnement de travail dans le module de soin.

On a dû faire appel aux nouveaux véhicules quand l’accès aux résidences des patients devant être transportés en ambulance présentait des conditions trop périlleuses, ajoute M. Pellerin.

« Il y a eu à quelques reprises où on a dû faire venir un des nouveaux véhicules, car les autres ne pouvaient pas se rendre. La cour était glacée et en pente », raconte-t-il.

« Le véhicule F-350 a pu se rendre à la résidence et revenir avec le patient. »

Le projet pilote n’est pas terminé même si le bilan de l’expérience est positif. Il se déroulera sur plusieurs mois encore. Les nouveaux véhicules devront aussi plus durables. « Ce n’est pas terminé », ajoute M. Pellerin en entrevue avec La Tribune.

« Nous voulons l’évaluer à long terme. Nous voulons savoir ce que seront les frais d’entretien et comparer sa durée de vie. »

L’opération a un coût supplémentaire par ambulance, car il faut débourser 40 000 $ de plus pour ce type d’ambulance par rapport aux anciens véhicules. L’option à quatre roues motrices y est pour beaucoup.

D’autres véhicules du genre sont à l’essai ailleurs au Québec, comme en Beauce et en Montérégie. Ils sont blancs au lieu du traditionnel jaune. On les a habillés de nombreux autocollants réfléchissants qui les rendent très visibles.

Ambulance de l’Estrie, une coopérative, dessert les territoires de Sherbrooke, Magog, Richmond, Valcourt et East-Angus. Sa flotte compte plus d’une vingtaine de véhicules d’urgence.

La nouvelle caserne que possède Ambulance de l’Estrie, à Magog, permettra des gains en terme d’efficacité à cette organisation.

Un service plus efficace à Magog

Les ambulances desservant le secteur de Magog ne seront bientôt plus rattachées à la caserne que possède Ambulance de l’Estrie à Sherbrooke et demeureront en tout temps ou presque dans le secteur magogois. Espérée par plusieurs depuis des mois, cette nouvelle a rapidement été saluée par la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm.

Actuellement, les ambulanciers paramédicaux affectés au secteur magogois doivent d’abord se rendre à la caserne à Sherbrooke avant de commencer leurs quarts de travail, car c’est à cet endroit que les attend leur ambulance. Et, lorsque l’heure du retour à la maison sonne, ils retournent au même endroit avec le véhicule en question.

La situation faisait grincer des dents à l’hôtel de ville de Magog. On déplorait que les allers-retours entre Sherbrooke et Magog diminuaient la qualité du service offert aux Magogois.

« C’est une très bonne nouvelle que les ambulances soient à nouveau appelées à rester sur notre territoire en permanence, déclare Vicki-May Hamm. On souhaitait un changement parce que la situation n’avait pas de bon sens, à notre avis. Je l’avais dit souvent publiquement, mais ce n’était pas à nous de prendre la décision. »

40 000 personnes

D’après Mme Hamm, la région de Magog a tout à fait le droit d’avoir ses propres ambulances compte tenu de l’importance de sa population. Notons que plus de 40 000 personnes habitent la MRC de Memphrémagog.

Directeur des opérations d’Ambulance de l’Estrie, Jean-François Pellerin affirme que c’est la nouvelle caserne que possède Ambulance de l’Estrie, à Magog, qui rend possible de cette amélioration du service en sol magogois.

Rappelons que la nouvelle caserne d’Ambulance de l’Estrie a été construite parallèlement à celle qu’occupe désormais le service de protection contre les incendies de Magog au centre-ville. Le coût de construction avoisine le million $.

« Le fait que les véhicules demeureront sur le territoire desservi permettra un gain en temps au début et à la fin des quarts de travail. On est heureux de pouvoir annoncer ça aujourd’hui. Par contre, il faudra se laisser un peu de temps pour voir à quel point cette mesure sera une plus-value », confie M. Pellerin.

La décision prise par Ambulance de l’Estrie permettra un retour en arrière. En effet, les véhicules ambulanciers parcourant le territoire magogois ont longtemps été affectés uniquement à la desserte de ce secteur. Le réseau de la santé a par la suite tenté de créer une « flotte dynamique pour le territoire Sherbrooke-Magog », mais ce projet a finalement été abandonné. Jean-François Gagnon