Les Hells Angels à Laterrière

Le passage des membres des Hells Angels québécois à Laterrière, en fin de semaine, ne passera pas inaperçu, ni pour la population en général ni pour les policiers de la Sûreté du Québec (SQ).

Porte-parole de la SQ pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Hugues Beaulieu confirme que les motards criminalisés doivent s’arrêter dans la région. « Ce sera une occasion pour notre corps policier de regarnir et de rajeunir notre album de photos. Des opérations policières sont prévues durant toute la fin de semaine », précise M. Beaulieu.

« En fait, comme dans le cas de chaque rassemblement, et pas seulement pour les membres des Hells Angels, nous allons faire de la surveillance et nous allons nous assurer qu’aucun acte criminel ne soit commis et que les visiteurs respecteront la loi. Et on va faire sentir notre présence », reprend M. Beaulieu.

Selon TVA, le rassemblement aurait lieu à l’érablière Au sucre d’or.

Au plan régional, les Hells Angels n’ont plus la même visibilité que par les années passées. Les deux membres identifiés au club, le Laterrois Bernard « Ben » Plourde et Jean-François « Frank » Bergeron, de Desbiens, se trouvent actuellement en prison.

habitués

Si les policiers de la SQ se préparent à la venue des motocyclistes, ils n’en sont pas à une première occasion.

Il y a quelques années, les Hells Angels avaient l’habitude de se réunir au Lac-Saint-Jean. Ils seront à Laterrière en fin de semaine.

Depuis quelques années, les Hells Angels ont pris l’habitude de passer une fin de semaine sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

S’ils ont célébré à quelques reprises à Saint-Gédéon, ils ont changé de cap depuis l’an dernier.

La première fin de semaine des vacances de la construction 2018 avait d’ailleurs donné lieu à quelques événements dans la région, dont un accrochage sur la route 175.

Un policier de la SQ avait intercepté une dizaine de motards dans la Réserve faunique des Laurentides. Deux membres du club de motards avaient refusé de collaborer avec l’agent et celui-ci avait dû les menacer avec un son pistolet à impulsion électrique (taser gun) pour les amener à le faire.

L’action avait été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

Et durant la fin de semaine, des opérations avaient été menées entre Saint-Bruno et Saint-Gédéon. Et une surveillance plus accrue avait été réalisée à Saint-David de Falardeau, l’endroit où les motards s’étaient rassemblés.

De plus, samedi dernier (20 juillet 2019), les policiers se sont invités aux célébrations entourant le cinquième anniversaire des Devils Ghosts, à Sherbrooke. Les agents ont mené une opération de vérification des motocyclettes des participants.