Nathalie Daguzan, maître confiturière et copropriétaire des Confiturières
Nathalie Daguzan, maître confiturière et copropriétaire des Confiturières

Les Confiturières au Championnat du monde de la confiture

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Les Confiturières, un duo mère-fille abbotsfordien, était en lice à l’occasion du Championnat du monde de la confiture de Beaupuy, dans le sud-ouest de la France, les 22 et 23 août. Seules représentantes de l’unifolié, elles n’ont pas pu faire mieux que les autres compétiteurs internationaux, alors que les gagnants sont (presque) tous d’origine française.

Pour cette douzième édition, les confituriers devaient se démarquer en préparant deux produits à base de petits fruits (framboise, mûre, bleuet, sureau, etc.) : un traditionnel et un insolite. Les contraintes sont une source de créativité qui plait à la copropriétaire des Confiturières, Nathalie Daguzan. «Ça me permet de sortir des sentiers battus, de faire travailler mon imagination, d’aller dans des serres où je ne serais pas aller a priori, et en faire bénéficier notre clientèle», explique-t-elle.

Voici nos deux produits vedettes qui représentent le CANADA au CHAMPIONNAT DU MONDE de la confiture 2020!!! 😍😍 Nous...

Publiée par Les Confiturières sur Vendredi 21 août 2020

Pour la préparation insolite, elle a d’abord décidé d’intégrer de l’agrume confit à une préparation aux fraises, aux framboises et à la menthe. «Comme je fais du confisage d’agrumes, c’était sûr que j’allais mettre du citron confit dans ma confiture et je l’ai marié avec les fruits qui me parlaient le plus. La menthe m’est venue parce que j’ai pensé au côté mojito, à la fois acidulé et frais en bouche. La menthe avec la framboise, c’est un must ; la menthe avec la fraise c’est un must ; et la menthe avec le citron c’est aussi un must», avance-t-elle.

Pour leur confiture traditionnelle, elles ont choisi d’y aller avec un produit aux quatre fruits (fraise, framboise, bleuet, cassis).

À LIRE AUSSI: Ode aux fruits de la région: Les Confiturières s'installent à Granby

Planète confiture

Pas moins de 56 confituriers provenant d’une dizaine de pays ont pris part à la compétition : Belgique, Canada, Espagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Sénégal, États-Unis et France (dont la Corse et la Réunion). Pourtant, 13 des 14 confitures qui se retrouvent au palmarès ont été préparées dans des communes françaises, à l’exception de Miss Marmelade, d’origine belge, en 8e position.

«Je suis très très fière de ce que j’ai envoyé. J’étais assez confiante, peut-être pas pour gagner le championnat, mais au moins faire partie du peloton de tête», dit Mme Daguzan, impatiente de recevoir son résultat et les commentaires du jury, puisque le classement final n’avait pas encore été dévoilé au moment d’écrire ces lignes.

Elle se dit cependant déçue du résultat, mais heureuse d’avoir pris part à la compétition et certaine d’en tirer du positif.

«Ce qui me dérange un tout petit peu dans ce championnat, c’est que le jury soit 100% français. Comment voulez-vous avoir une idée objective d’un concours lorsqu’il n’y a pas de ressortissants étrangers? Je trouve que ce n’est pas équitable», déplore la maître confiturière, qui a déjà fait cette remarque au comité organisateur par le passé et qui ne répétera pas l’expérience tant que cet aspect demeurera inchangé.

Le jury était composé de pâtissiers, de cuisiniers et de membre de l’association des Confituriades. Mme Daguzan aurait souhaité qu’on y retrouve un confiturier, elle qui a fait de cet art son métier en 2002. «Je comprends qu’un pâtissier ait assez de connaissances pour juger un confiturier, mais qu’il y en ait au moins un dans la gang», propose-t-elle.

À leur quatrième participation, Nathalie Daguzan et Romane Jouanny espéraient répéter les succès de 2012 et 2017, alors que leurs préparations leur avaient valu un diplôme d’honneur puis un coup de cœur du jury.

Les deux préparations qu’elles ont concoctées intégreront l’inventaire des Confiturières dès la semaine prochaine. Les clients, eux, ne sont jamais perdants, lance-t-elle avec le sourire dans la voix.

Produits de la région

Les Confiturières portent une attention particulière à faire la promotion de producteurs de la région avec qui elles font affaire. En plus d’avoir leur propre gamme de produits, elles font la transformation pour une quarantaine d’entreprises des environs. «C’est très important pour moi de toujours mettre de l’avant au moins un de mes producteurs», assure-t-elle.

Ce sont d’ailleurs les fraises d’automne de Patrick Ménard de Saint-Paul-d’Abbotsford qui ont été à l’honneur cette année.