Des racines et des ailes tournera une première émission en sol québécois, s’arrêtant quatre jours au Saguenay pour découvrir la pêche sur le fjord et la culture qui anime les villages de pêche.

L'émission « Des racines et des ailes » en tournage au Saguenay et à Québec

L’émission française Des racines et des ailes tournera pour une première fois en sol québécois en 20 ans de diffusion, en consacrant une émission entière à l’hiver et à l’automne tels qu’ils sont vécus dans la Belle Province. Une équipe du magazine bien connu de France 3, relayé également par TV5 Québec Canada, consacrera un peu plus des trois prochaines semaines au tournage de la portion hivernale au Saguenay et dans la Capitale-Nationale. L’épisode de 120 minutes, qui portera pour nom Le goût du Québec, et dont 70 minutes seront dédiées à l’hiver québécois, sera diffusé à l’hiver 2020 sur les ondes de France 3.

L’équipe de tournage s’arrêtera tout d’abord vendredi à baie Éternité, dans le Parc national du Fjord-du-Saguenay. Elle sera accompagnée pour l’occasion par les gardes-parc Corentin Chaillon et Isabelle Lord, qui leur feront découvrir la beauté du paysage hivernal qu’offre cette portion du fjord, face au cap Trinité. Une immersion dans les villages de pêche blanche de la baie des Ha ! Ha, en particulier celui de l’Anse-à-Benjamin, occupera ensuite les trois membres de l’équipe pour la fin de semaine.

Des racines et des ailes consacrera une partie de son émission à la pêche blanche sur le fjord du Saguenay, afin de s’imprégner de la culture qui anime ces villages éphémères de maisonnettes qui deviennent le lieu de rassemblement de centaines de passionnés et de touristes. 

Ils suivront alors Rémi Aubin, président de l’organisme Promotion Pêche, qui leur présentera différentes techniques de pêche, leur fera parcourir les deux villages et découvrir la pêche en plein air, sans oublier de les inclure dans différents rassemblements familiaux et amicaux qui caractérisent ces villages de pêche blanche. Le tout se déroulera avec le Festi-frette en trame de fond, festival hivernal local, qui en sera à sa troisième édition.

Les téléspectateurs découvriront l’univers de la pêche au poisson de fond à travers les yeux de celui qui est bien connu comme ambassadeur régional de la pêche blanche.

« Ça me gêne un petit peu ! » a laissé tomber au bout du fil le passionné de pêche, qui a pourtant l’habitude des reportages internationaux. Par le passé, il a accueilli sur les glaces de la baie des Ha ! Ha ! des équipes de Thalassa, du National Geographic ou encore du Figaro Magazine.

Rémi Aubin correspond en fait en tout point au profil des intervenants recherchés par Des racines et des ailes. « Il est formidable, car il a envie de partager et de transmettre, et ça, c’est précieux pour nous », a exprimé la rédactrice en chef Christine Lamotte, qui produit, via la boîte Électic production, une dizaine d’émissions chaque année pour Des racines et des ailes.

Si le magazine français s’intéresse, certes, à la pêche au poisson de fond sur le fjord du Saguenay, une activité hivernale unique dans l’Est du Canada permettant de pêcher du sébaste, de la morue franche et du turbot, c’est avant tout la culture entourant la pratique de la pêche blanche que l’équipe souhaite découvrir.

« Notre émission s’intéresse aux gens qui préservent des savoir-faire et des traditions qui témoignent de la culture de leur région et qui racontent comment ces habitudes sont ancrées dans leurs racines, dans leur histoire, tout en continuant à animer les gens d’aujourd’hui », a-t-elle souligné, mercredi, lors d’un entretien téléphonique, alors que ses collègues étaient en attente de leur vol, retardé en raison de la tempête de neige qui traversait le Québec.

« La pêche blanche nous a semblé être une de ces activités très fortes, très répandues au Québec, mais en particulier sur le Saguenay [...]. Pour les Européens, ça paraît complètement extraordinaire et pour les Français, je pense que ça peut être une vraie découverte », a-t-elle poursuivi.

Les trois membres de l’équipe de tournage auront entre autres droit à une immersion culturelle baieriveraine complète, samedi soir, dans une cabane de pêche. Le chanteur du groupe Orloge Simard, s’accompagnant à la guitare, leur offrira un extrait de la chanson Dans ma cabane à pêche.

Il va sans dire qu’Olivier Simard se limitera aux premières paroles, a précisé Rémi Aubin, question de bien paraître devant la visite, et ainsi laisser les plus curieux – lire ici les adultes avertis – découvrir par eux-mêmes les couplets suivants !

Marc-André Galbrand, directeur général de Contact Nature

+

UNE CARTE DE VISITE INESTIMABLE

Le passage de l’émission Des racines et des ailes sur les glaces du fjord représente une carte de visite inestimable pour le tourisme régional, se réjouit Rémi Aubin.

La pêche blanche occupera de 15 à 20 minutes sur les 120 minutes de l’épisode qui mettra en valeur l’hiver et l’automne québécois. « On a juste une chance de faire une bonne impression et si on marque des points, on est conscients que cet impact-là peut valoir des millions de dollars d’ici plusieurs années, pour développer le produit hiver chez nous », a souligné celui qui est également connu pour son travail à l’Accommodation des 21, dans le secteur de Grande-Baie.

Marc-André Galbrand, directeur général de Contact Nature, a assumé une partie de la logistique, avec l’aide de Promotion Saguenay, entourant la venue de l’équipe. « On est hyper contents de pouvoir mettre en valeur cette belle activité-là et que l’ensemble de la francophonie puisse la voir. Ça va être de belles images », a-t-il partagé.

Noémie Pouliot-Maloney, guide écotouristique chez Contact Nature, accompagnera notamment l’équipe de tournage sur le terrain, pendant la fin de semaine.

Rémi Aubin sera au coeur du tournage de l’émission Des racines et des ailes, à La Baie.

+

LE RESTE DU TOURNAGE À QUÉBEC

Le Carnaval de Québec, les brise-glaces qui sillonnent le fleuve Saint-Laurent, la cuisine mettant en valeur les produits boréaux et la production artisanale de cidre de glace à l’île d’Orléans sont quelques-uns des sujets qui ont retenu l’attention des artisans de l’émission Des racines et des ailes dans la Capitale-Nationale afin d’illustrer l’hiver québécois.

Après quatre jours de tournage au Saguenay, l’équipe concentrera son travail dans le secteur de Québec jusqu’à son départ, le 23 février, a expliqué Christine Lamotte, rédactrice en chef de l’émission.

Un détour par la Forêt Montmorency, une visite du cap Tourmente, des îles de Montmagny et un vol en hélicoptère pour immortaliser les paysages de la Capitale-Nationale sont également prévus. 

Ils rencontreront plusieurs intervenants durant leur séjour, allant de membres de la Garde côtière canadienne, d’un photographe qui milite pour la préservation du patrimoine bâti, du chef français Arnaud Marchand, établi au Québec depuis plusieurs années, en passant par la famille Lachance, famille reconnue pour sa pratique du canot à glace.

Autant pour la planification du tournage au Saguenay qu’à Québec, Christine Lamotte a été ravie par l’accueil chaleureux réservé à l’émission. D’ailleurs, le fait qu’elle partage elle-même sa vie avec un Québécois n’est certainement pas étranger à ce premier arrêt du magazine français dans la province, elle qui portait déjà ce coin de pays dans son cœur. Dans les dernières années, Des racines et des ailes a surtout concentré ses tournages en France et dans les territoires d’outre-mer français.

L’équipe de recherche sera de retour au Québec, à l’automne, afin de compléter le tournage de l’épisode Le goût du Québec. Aucun plan de match n’a encore été établi à ce sujet.