Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, s’est rendu à plusieurs reprises sur le chantier.

L'eau est de retour à La Tuque

LA TUQUE — L’interruption du service d’eau potable aura finalement duré moins longtemps que prévu à La Tuque. L’eau s’est remise à couler tôt mercredi matin et la vie a repris son cours normal dans les 5000 foyers du secteur urbain et les commerces touchés. «La connexion complète des trois parties a été faite. Ç’a été complété par les soudures dans la nuit de mardi à mercredi. Progressivement, la conduite a été rouverte. Il y a eu des tests et on a été en mesure d’ouvrir la conduite qui dessert la ville en eau aux alentours de 6 h 30 mercredi», a indiqué le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Ce dernier estime que la coupure d’eau s’est déroulée dans un scénario idéal et qu’il s’agit pour la Ville d’une «bonne pratique».
«Ç’a permis de voir nos installations, de voir nos équipes à l’œuvre… On va tirer de grandes leçons de ça. Plus ces projets sont préparés, plus ils sont planifiés, moins on a à gérer d’imprévus», a-t-il mentionné.
Un avis d’ébullition est présentement en cours, et ce, au moins jusqu’à lundi prochain. Les citoyens doivent faire bouillir leur eau pendant au moins une minute avant de la consommer. L’eau peut être trouble ou brune, c’est normal. La Ville souligne qu’il faut laisser couler l’eau, idéalement à l’extérieur de la maison. Il se peut qu’il y ait des odeurs de chlore également.
«C’est normal, on a rehaussé nos niveaux», a indiqué Hélène Langlais, directrice des communications de la Ville de La Tuque.
Les travaux sont terminés pour cette section de la conduite. Par ailleurs, les travailleurs seront à l’œuvre jusqu’en juillet pour finaliser le projet.
Au final, l’opération aura coûté aux alentours de 6 millions de dollars sur deux ans. La facture sera payée à 80 % par l’usine WestRock et à 20 % par la Ville de La Tuque.
«Étant donné qu’on a gagné plusieurs heures, la facture sera peut-être un peu moins élevée», a spécifié Pierre-David Tremblay.
Quant au reste, c’est-à-dire la planification, les citernes, les toilettes chimiques, la Ville a dû débourser quelques dizaines de milliers de dollars.
«On n’a pas fait de bilan final, mais je peux avancer que cette opération-là va avoir coûté à la Ville de La Tuque, en termes de planification et de logistique, aux alentours de 50 000 $», a indiqué le maire de La Tuque.
Et si c’était à refaire, le maire n’hésite pas une seule seconde, ce serait sans aucune modification. «On le referait de la même façon, avec autant de transparence. Ç’a beaucoup aidé, je pense […] On doit absolument souligner le travail de la population aussi. Je suis fier de ma population. On n’a pas eu de plainte, les gens savaient où ils s’en allaient. Les citoyens ont pris ça avec un grain de sel et beaucoup d’humour. C’est la cerise sur le sundae», a affirmé Pierre-David Tremblay.
Ce dernier n’a pas manqué de souligner le travail des équipes de WestRock et de la Ville. D’ailleurs, des retraités qui avaient vécu des coupures d’eau dans le passé ont mis la main à la pâte.
«On a vu un partage de connaissances. […] Ils ont fait un travail assez exceptionnel pour tout connecter ça. Je lève mon chapeau aux équipes de Ville de La Tuque aussi, les travaux publics, l’assainissement des eaux, la sécurité incendie, les communications… Ç’a été un beau travail d’équipe», a noté le maire.

Retour à la normale dans les commerces
«Ç’a été moins pire qu’on l’imaginait!» Le propriétaire des Hôtels Marineau à La Tuque, Donald J. Desrochers, était content que la coupure d’eau soit maintenant chose du passé. Par contre, le passage obligé a été tellement bien préparé qu’on s’en est sorti sans trop de dommage tant au niveau de l’hébergement que de la restauration.
«Ç’a super bien été parce qu’on était préparé. On appréhendait des problèmes. Les clients ont été compréhensifs. Il faut dire qu’on les avait tous appelés. […] Étonnamment, tout a bien été et on est bien heureux de ça. On était aussi content d’avoir l’eau mercredi matin», a commenté M. Desrochers.
Le gym Vision Fitness, qui avait décidé de fermer ses portes le temps de la coupure d’eau, a finalement ouvert ses portes mercredi après-midi.
Au restaurant le Boké, on avait pris la décision de fermer les portes mardi seulement en espérant que l’eau revienne rapidement. Les activités ont donc repris comme prévu mercredi soir.
Chez Italia pizzéria, l’horaire n’a pas été modifié. On a continué de recevoir les clients, mais on était très content que les travaux aient été beaucoup moins longs que prévu.
«C’est certain qu’il a fallu plus de travail, mais on était bien préparé. On avait un camion-citerne. Mardi soir, on a eu un bon achalandage et plus de livraisons. On est bien content que l’eau soit revenue une journée d’avance par contre», a commenté la propriétaire Danielle Pinette.