Les bières du Trou du diable sont disponibles en Chine depuis quelques mois.

Le Trou du diable perce le marché chinois

Shawinigan — Depuis quelques mois déjà, les Chinois amateurs de plaisirs brassicoles peuvent déguster les bières du Trou du diable.

Certains produits de la microbrasserie fondée à Shawinigan sont en effet disponibles dans ce pays grâce à une entente conclue avec Ace Huang, un distributeur et importateur œuvrant pour l’entreprise Ouci international trading. Des photos montrant deux bières du Trou du diable, soit la MacTavish et Les quatre surfeurs de l’Apocalypso, sur les tablettes d’une épicerie chinoise circulent d’ailleurs présentement sur les réseaux sociaux.

Selon Isaac Tremblay, cofondateur et responsable du développement des affaires de la microbrasserie, cette entente de distribution avait été conclue avant la vente du fleuron shawiniganais à l’empire Molson Coors. Rappelons qu’en novembre dernier, le troisième brasseur mondial s’est offert le Trou du diable pour un montant qui n’a pas été révélé. En vertu de cette transaction, le Trou du diable rejoint d’autres microbrasseries canadiennes dans le giron de Six Pints, la division de produits spécialisés de la multinationale.

«Nous avons commencé à travailler avec cet agent importateur afin d’explorer ce marché et voir quel est l’intérêt pour nos bières là-bas. Le gars avait l’air ‘‘ben smart’’ et très dynamique. Il nous a approchés car il voulait des bières québécoises. Je crois qu’il doit regarder les réputations et comme nous avons plus de 150 médailles internationales à notre actif, je pense que ça attire les importateurs. Nous avons donc décidé de lui envoyer de la bière et voir qu’est-ce que ça donnera», résume M. Tremblay.

Signe que ce nouveau partenaire d’affaires est sérieux, il était présent à Shawinigan pour les festivités entourant l’anniversaire de la microbrasserie en janvier dernier. Il a également invité M. Tremblay à prendre part à un festival de bières qu’il tiendra dans son pays en mai prochain.

Jusqu’à maintenant, deux commandes ont été envoyées au distributeur de l’empire du Milieu. Il est donc encore trop tôt pour dire si l’expérience est concluante. Le responsable du développement des affaires est cependant bien au fait des possibilités qu’offre le marché chinois à une brasserie comme le Trou du diable.

«La bière est de plus en plus populaire en Chine. C’est certain que c’est un marché émergent, mais extrêmement important. Il y a tellement de monde et il commence à y avoir de l’argent. Mais on va voir où ça va nous mener», indique-t-il avant d’ajouter que certaines bières faisant partie de son catalogue sont également distribuées à Taïwan, au Brésil, en Australie, un peu partout en Europe ainsi qu’au Canada et aux États-Unis.

L’avenir

Pour l’instant, la vente à Molson Coors n’a pas encore trop chamboulé les opérations de l’entreprise que plusieurs considèrent comme le symbole d’une nouvelle ère à Shawinigan. Néanmoins, M. Tremblay reconnaît que le travail est déjà considérablement avancé afin de préparer le prochain chapitre de l’histoire du Trou du diable.

«Nous avons eu la visite dernièrement des membres du comité d’investissement et ça s’est très bien passé. Ils étaient très impressionnés par l’usine que nous avons ici. Il reste à attacher tout ça ensemble. C’est un plus gros bateau à bouger, mais quand ça bouge, ça bouge», lance-t-il.