Le déraillement tragique de Lac-Mégantic s'est produit le 6 juillet 2013.

Le procès de Lac-Mégantic reprend avec les plaidoiries des avocats

Le procès des trois anciens employés de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) accusés à la suite de la tragédie de Lac-Mégantic entame son dernier droit mercredi au palais de justice de Sherbrooke.

Le conducteur de train, Thomas Harding, le contrôleur de la circulation ferroviaire (CCF) Richard Labrie et du directeur de l’exploitation Jean Demaître sont accusés de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes à Lac-Mégantic le 6 juillet 2013.

Thomas Harding, Jean Demaître et Richard Labrie ont annoncé au jury à la mi-décembre qu’ils ne présenteront pas de témoignage pour leur défense.

Ce sera donc à la poursuite d’entamer les plaidoiries, mercredi.

Durant 34 jours de procès, répartis sur dix semaines cet automne, 31 témoins ont été appelés à la barre par la poursuite. Des policiers, des civils et un expert ferroviaire ont été entendus.

Plusieurs centaines de photos, des vidéos, plusieurs documents ainsi que les bandes audio de la MMA ont été déposés en preuve aux 14 membres du jury. Après les plaidoiries qui se dérouleront du 3 au 5 janvier, ceux-ci seront instruits en droit par le juge Gaétan Dumas avant d’être séquestrés.

Douze d’entre eux délibéreront pour en venir à un verdict pour chacun des trois accusés.

Richard Labrie
Jean Demaître
Thomas Harding