Le projet de train léger à Gatineau aurait accéléré la réflexion du gouvernement fédéral sur l’avenir du pont Alexandra.

Le pont Alexandra détruit d’ici dix ans

EXCLUSIF / Le pont Alexandra, vénérable infrastructure qui fait partie du paysage de la capitale nationale depuis 118 ans, est sur ses derniers milles. Son propriétaire, le gouvernement fédéral, a pris la décision de le démolir aussi rapidement que d’ici cinq à dix ans, et d’en construire un nouveau exactement au même endroit.

D’après les informations colligées par Le Droit auprès de plusieurs sources au fait du dossier, ce chantier privera la population d’un lien interprovincial névralgique et central pendant au moins trois ans. Alors que le débat sur la nécessité d’un sixième pont refait périodiquement surface dans la région, c’est plutôt avec un pont en moins que les automobilistes devront conjuguer dans les années à venir. Environ 9% des mouvements automobiles interprovinciaux quotidiens se font par le pont Alexandra. Sa traverse piétonnière est aussi primordiale pour le tourisme puisqu’elle permet de relier facilement le parlement à l’institution culturelle la plus visitée au pays, le Musée canadien de l’histoire.

Pour l’instant, les voix officielles se contentent d’affirmer que le pont Alexandra devra être remplacé. Michael Mills, sous-ministre adjoint à Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) l’a souligné, il y a deux semaines, alors que son ministère annonçait d’importants travaux d’entretien sur ses ponts, dont ceux du pont Alexandra qui s’étendront sur plus d’un an à partir de cet été. « On envisage le remplacement du pont Alexandra et le jour pour le faire est de plus en plus prévisible, c’est dans un horizon à moyen terme, à l’intérieur de la prochaine décennie », a pour sa part confirmé au Droit le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et Approvisionnement Canada, et député de Gatineau, Steven MacKinnon.

Dans les faits, la réflexion sur le pont Alexandra serait bien plus avancée que ce que le gouvernement fédéral laisse actuellement entrevoir. En plus d’être située au pied de la colline parlementaire et juste à côté des écluses du canal Rideau, protégées par l’UNESCO, l’infrastructure jouit d’une protection patrimoniale. La CCN qui a son mot à dire sur l’aménagement de la capitale voudra certainement que cet aspect soit pris en considération au moment de définir le design du futur pont. La possibilité de reconstruire un pont identique à celui érigé en 1901 est, selon nos informations, l’une des options actuellement analysées.

Steve Mackinnon a confirmé au Droit qu'il considère important d'envisager le remplacement du pont Alexandra.

Déclencheur

L’inévitable remplacement du pont Alexandra est dans les cartons du gouvernement fédéral depuis plusieurs années. C’est cependant son utilisation projetée par le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, pour son projet de train léger, qui aurait ramené ce dossier au-dessus de la pile le printemps dernier. Ce dernier aurait par ailleurs surpris bien du monde au sein de l’appareil fédéral en annonçant qu’il comptait faire traverser son train sur une infrastructure pour laquelle il n’a aucune juridiction.

L’enjeu du pont Alexandra forcerait le gouvernement fédéral à revoir toute sa stratégie entourant la gestion des liens interprovinciaux entre Gatineau et Ottawa. Selon nos informations, Ottawa planche sur un plan global qui inclurait évidemment la mise en place d’un plan définitif pour le remplacement du pont Alexandra, mais s’apprêterait aussi à revoir de fond en comble la gouvernance de ces actifs. Dans ce contexte, la construction d’un pont dans l’est pourrait faire un retour dans les considérations du gouvernement fédéral.