Le 29 mars dernier, Dominique Alain courait sur le chemin de l’Aéroport, à Potton, quand elle a été sauvagement attaquée par trois molosses appartenant à Allan Barnes. Les animaux lui ont arraché des morceaux de muscles et de peau.

«Le nombre de plaintes a triplé » depuis l’attaque des chiens à Potton

Les propriétaires de chiens à Potton n’ont qu’à bien se tenir. Depuis l’attaque subie par la joggeuse Dominique Alain, le nombre de plaintes concernant des maîtres délinquants a grimpé en flèche et le Canton de Potton s’assure d’effectuer le meilleur suivi possible pour chacune d’entre elles.

« On passe pas mal plus de temps à gérer les plaintes liées aux chiens maintenant, si on compare avec avant la fameuse attaque. Je dirais que le nombre de plaintes a triplé en fait. Les gens ne laissent plus rien passer », affirme le maire Jacques Marcoux.

À LIRE AUSSI: Attaquée par des chiens, Dominique Alain déjoue les pronostics

Le 29 mars dernier, Dominique Alain courait sur le chemin de l’Aéroport, à Potton, quand elle a été sauvagement attaquée par trois molosses appartenant à Allan Barnes. Les animaux lui ont arraché des morceaux de muscles et de peau. Elle conserve de sévères séquelles, malgré les nombreuses chirurgies.

Lorsqu’il y a une plainte, un représentant du Canton de Potton rencontre le propriétaire de chiens impliqué. Et il semble que, de façon générale, les maîtres montrés du doigt font preuve d’écoute et de bonne volonté.

« On obtient une bonne collaboration de la part des propriétaires. Vous savez, les choses ont changé ici. Pensons seulement à ce qui se passe au village : tous les chiens ou presque sont en laisse maintenant. Ce n’était pas le cas dans le passé », fait valoir Jacques Marcoux.

Afin d’aider les maîtres à garder le contrôle de leurs animaux, le Canton de Potton a fait le nécessaire pour qu’un cours d’obéissance soit offert à ses citoyens.

« La dizaine de participants a droit à dix leçons en groupe. C’est toutes les semaines. Je connais une personne qui est inscrite et elle est satisfaite. C’est d’ailleurs un cours qui pourrait être offert à nouveau dans le futur, si la demande est là. »

Dans la foulée, M. Marcoux confie qu’il aimerait que la Société protectrice des animaux (SPA) de l’Estrie offre à court terme une session de formation aux propriétaires de chiens de son milieu. Celle-ci bonifierait sans doute le cours déjà programmé par la municipalité.

Un rôle accru

Puisqu’il est question de la SPA, Jacques Marcoux révèle que le Canton de Potton a récemment signé une entente avec cette organisation. L’entente confère à l’organisme de nouveaux pouvoirs relatifs à la gestion des chiens dangereux à Potton.

« Présentement, on est en processus pour revoir notre règlement touchant les animaux, ajoute le maire. Notre ancienne réglementation a empêché la SPA d’intervenir rapidement lors de l’attaque subie par Dominique Alain. On souhaitait des améliorations. Par exemple, la SPA aura elle-même le pouvoir de décréter l’euthanasie, au besoin. »

M. Marcoux souligne également que la prochaine version du règlement concernant les animaux de sa municipalité inclura de « nouvelles règles » qui seront imposées par le gouvernement du Québec, lequel a senti le besoin de réagir après l’attaque du 29 mars.